Bienvenue sur Imagine Crossover !
 
N'hésitez plus à vous inscrire, le forum a fêté ses 1 an récemment
Et il ne manque plus que vous !



Partagez|

Sympathy for the Devil [Ruby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar Invité Invité
MessageSujet: Sympathy for the Devil [Ruby] Mer 15 Fév - 20:49

Sam & Ruby


Avec un bâillement, Sam déposa sur la minable table de chevet de son lit le bouquin qu'il était entrain de lire et se leva, s'étirant de tout son long. Puis il attrapa ses chaussures et commença à les enfiler, perdu dans ses pensées, quand il en fut brusquement sorti par Dean, encore tout trempé par la douche qu'il venait de prendre :

« Tu vas ou ?
-Manger.
-Tu me ramènes un truc ?
-Mauvaise idée. Tu n'aimeras pas.
-Pourquoi ?
-Je vais au Luke's Diner. Nourriture saine et tout le délire, c'est vraiment pas pour toi. »

Dean grimaça, et avec un grognement de dégout retourna dans la salle de bain. Avec un sourire, Sam attrapa ses clés et son portefeuille avant de sortir en claquant la porte derrière lui. Il considéra quelques secondes l'option de prendre l'Impala avant de se décider pour la marche. Le cadet des Winchester était sûrement celui des deux qui prenait le plus grand soin de sa santé. Sam faisait très attention à sa façon de manger, c'est pourquoi ce jour-là il avait pris la décision d'essayer ce restaurant dont on lui avait vanté les qualités saines, bio et tout le reste. Et puis de toute façon, il n'avait pas spécialement faim, il en avait juste assez d'être coincé dans ce motel miteux. Il ne comprenait même pas pourquoi ils n'étaient pas encore repartis, étant donné que cela faisait plus d'une semaine qu'ils n'avaient rien à chasser. Le beau brun soupçonnait son frère de ne pas vouloir quitter Veronica trop longtemps. Cette nouvelle l'enchantait, à vrai dire. Ça prouvait que Dean, quoi qu'il puisse affirmer, tenait vraiment à la belle blonde, et ce n'était pas pour lui déplaire, car il adorait la jeune femme et était content de voir que son frère était toujours capable d'aimer et de négliger son boulot pour ça. De plus, Sam n'avait pas spécialement envie de repartir non plus. Il avait enfin retrouvé Brooke, pour son plus grand bonheur et à sa plus grande surprise, et cette fois, il ne la laisserai pas partir, il ne l'abandonnerai pas, quitte à lui révéler son secret, parce qu'il voulait faire les choses bien avec elle, parce qu'il voulait réparer les torts qu'il avait pu lui faire. Néanmoins, Sam en avait assez de stagner dans le motel dès qu'il était ne serait-ce qu'un peu désœuvré, il éprouvait réellement le besoin de changer d'air. Au bout d'un trop long moment, ce genre d'endroit pouvait devenir vraiment insupportable, dans le genre pire cauchemar des claustrophobes.
Sam marcha une vingtaine de minute, observant le paysage si changeant de cette ville. Melting Town était pour le moins étrange, et il avait parfois la sensation de se trouver dans une sorte de condensé de plusieurs lieux différents, de plusieurs villes différentes. Melting Town comptait un nombre impressionnant d'hôpitaux, d'écoles, de cabinets d'avocat ou encore de bar et de restaurants, tellement qu'on finissait par y perdre la tête. La dernière fois, le Winchester s'était retrouvé dans un hôpital étrange ou les gens passaient leur vie à se draguer les uns les autres et à pleurer sur leurs ruptures, à tel point que Sam n'avait pu retenir des rires de temps en temps tellement cela semblait... ridicule. Néanmoins, c'était là-bas qu'il avait retrouvé Brooke, alors il aurait mieux fait d'arrêter de se moquer, ses problèmes sentimentaux à lui aussi s'étant joués dans ce lieu.
Enfin, le jeune homme parvint au restaurant. En y pénétrant, une douce d'odeur de thé vert lui emplit les narines et il fronça le nez, peut habitué à de telles senteurs. Il n'y avait pas encore trop de monde, et le jeune chasseur choisit une table reculée, près d'une fenêtre. Il s'y assit et contempla le ciel bleu d'un air absent jusqu'à ce qu'une serveuse vienne lui apporter le menu. Avec un sourire, il la remercia et se plongea dedans. Il hésita longuement avant d'opter pour de la viande blanche et du riz, quelque chose d'assez simple en somme, et une fois qu'il eut passé commande, se plongea à nouveau dans la contemplation du ciel sans nuage. C'était idiot, mais ses pensées se tournèrent bien vite vers Brooke, sans raison apparente. Il ne pouvais s'empêcher de penser à elle tout le temps, il n'avait jamais cessé de penser à elle. La quitter avait sûrement été l'une des plus grosses erreurs de sa vie, et il sentait qu'il ne serait pas si simple de se faire pardonner, et encore moins de pouvoir recommencer quelque chose avec elle. Il ne savait même pas si elle ressentait encore quelque chose pour lui, et il y avait vraiment peu de chances pour que ça soit le cas. Malgré ça, Sam gardait l'espoir que peut-être, tout n'était pas joué.
Perdu dans ses pensées, Sammy ne remarqua pas la jolie blonde qui l'observait par la vitre donnant sur la rue, et il ne la vit pas non plus entrer dans le restaurant avant de se diriger droit vers lui. Il aurait du, pourtant.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Sympathy for the Devil [Ruby] Mer 15 Fév - 22:01

    Voilà, on y est. Le jour J, l’heure H, l’instant T. J’ai de nombreuses fois repoussée ce moment. Pas par manque d’assurance, mais pour être sûre de connaître Sam dans les moindres détails. Il fallait absolument pour ces retrouvailles que je discerne les moindres réactions, les plus grinçantes réparties que pourrait avoir le jeune élu face à moi. Déjà, mise à part le fait que son casse pied de frère soit de retour dans sa vie. On ajoute à ça la présence d’une femme. Une petite brune. Pourtant pas une lumière. Après l’avoir suivit discrètement, j’ai découvert qu’elle était la patronne d’une boutique de vêtements. Et quand on voit le prix des articles, à mon avis elle entretiendra plus le jeune homme que lui ne l’entretiendra avec son salaire inexistant de chasseur. Mais le mieux du mieux, c’est que j’ai découvert qu’il n’était pas encore un couple. Et lui, il laisse de grosses zones d’ombres qui pourraient à l’avenir faire fuir sa prétendante. Du moins, si on l’effraie assez. Ça, je m’en chargerais, mais un peu plus tard. Avant, il faut que Sam me la présente. Après, l’identité qu’il me donnera devant elle, ça je m’en fiche. J’attends juste qu’il accepte que je l’approche. Niveau comportement, j’ai découvert qu’il avait largement oublié ses pouvoirs. Pires, ce grand Daudet croit qu’il peut avoir une existence normale. Si ça ce n’est pas de la naïveté, je ne m’appelle plus Ruby. Mais ce n’est pas grave, pour ça aussi j’ai ma parade pour le remettre sur le droit chemin. Et me voilà, devant le restaurant. Je l’ai suivie dés qu’il est sortit de sa chambre d’hôtel. Discrètement, bien entendu. C’était tellement imperceptible que même lui et son instinct méfiant ne l’a pas remarqué. Il est assit à une table, il rêve. C’est bien son plus grand problème. Planer alors que le monde attend qu’il se réveille. J’inspire un grand coup, comme si j’allais entrée sur une scène, et je pénètre dans le restaurant. Directement, je me dirige vers sa table et m’installe en face de lui. Avant d’hurler à la serveuse :
    _Amenez moi un hamburger et beaucoup de frites.
    Et le regardant droit dans les yeux. Pour m’adresser enfin à lui en personne.
    _Et ajoutez y beaucoup de bonnes explications.
    Tout le monde autour me regarde. Ils sont tous bien habillés. Peut être des gens en pauses repas. Et moi, je débarque de noir vêtu. De cuir, pour ne rien arranger. Et pour les calmer, j’ajoute à qui veut l’entendre.
    _Quoi ?
    C’est efficace. Les clients reprennent leurs repas en cours. Et moi, je dévisage Sam. Je suis en colère, très même. Non seulement il n’a rien fait pour m’aider. Ou s’il l’a fait, ça n’a pas dû être très assidument. Et pour ne rien arranger, il a zappé toutes les bonnes résolutions que j’avais durement réussie à lui faire prendre. Une serveuse, la même qui était venue prendre la commande du jeune homme, arrive et me dit tout en posant le plat qu’il a précédemment choisit.
    _Je suis navrée, nous ne faisons pas d’hamburgers. Mais voici la carte.
    Déçue. Déjà parce que de tous les innombrables restaurants qui existent dans cette ville, je tombe sur le seul qui ne fasse pas d’hamburger. Et qui plus est, à la vue du repas de Sammy, ça ne sera pas forcément plus intéressant autre chose. Néanmoins, je jette un coup d’œil à sa carte plastifiée et dit aussi fortement que possible.
    _Et zut, on ne peut jamais se fier à rien ni personne. On finit toujours par être déçu. Donnez moi des frites, énormément. Et puis a coté une entrecôte bien saignante s’il vous plaît.
    La serveuse note et part aussi tôt en cuisine. Tandis que moi, je fixe mon interlocuteur froidement. Si franchement il n’a pas compris que je parlais de lui quand je disais qu’on ne peut se fier à personne. Il ne comprendra jamais rien.
    _Tu as l’air d’aller bien. Je dirais même que tu es en très grande forme… et puis je constate que tu prends soin de toi. C’est quoi ça ?
    Dis je en montrant du regard son assiette.
    _c’est le repas du gentil petit frère ?
    Oui, je suis narquoise. Mais j’ai des raisons. Je me sens trahie. Bafouer. Comment a t’il put me mettre de coté alors que j’ai tout fait pour être bien avec lui. Pour le préserver des nombreuses fois où il a faillit être tué. J’attends qu’il réagisse. Peu importe comment, je suis prête à tout entendre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Sympathy for the Devil [Ruby] Ven 24 Fév - 9:52

Sam hésita quelque instant entre trois possibilités. La première, mourir de honte devant le spectacle qu'offrait la blonde aux pauvres humains qui ne lui avaient rien demandé. La deuxième, afficher sa surprise, car oui, il ne s'attendait vraiment pas à la trouver ici, et la troisième, montrer son amusement quand à la réaction de la démone, qui semblait vraiment en colère. En temps normal, Sammy aurait sans doute ressentit une pointe de culpabilité à l'idée de l'avoir abandonnée, comme ça avait été le cas pour Brooke, par exemple, mais dans le cas présent, le jeune homme s'en fichait royalement, après tout, c'était elle qui avait disparu sans laisser de trace, il n'avait aucune raison de s'en vouloir.
Sam ne savait pas trop comment réagir vis à vis d'elle. Il se devait de s'en méfier, continuellement, ne jamais lui faire confiance, mais elle l'avait tant aidé pendant ces quelques mois sans son frère qu'il ne pouvait que se sentir reconnaissant envers la blonde, qui, furibonde, continuait à se donner en spectacle. Alors oui, le chasseur continuait de se méfier de Ruby. Mais il n'empêche qu'il lui était éternellement redevable pour tout ce qu'elle avait fait, et que c'était une dette dont il aurait du mal à se débarrasser.
Sam ne put s'empêcher de penser à Dean, à ce moment précis. Que dirait-il, comment réagirait-il ? Et pire, comment Sammy pourrait lui en parler ? Aurait-il seulement le courage de le faire ? Le cadet des Winchester avait tout fait pour éviter ce sujet. A chaque fois que son ainé commençait à en parler, le brun coupait cours à la discutions en prétextant que, maintenant qu'il était revenu des enfers, cette partie de la vie de Sam, douloureuse, n'avait plus de raisons d'être abordée. Et c'était plus que vraie. Il était perdu, et l'absence de Ruby l'avait emplis de doutes. Il avait été si sûr de faire le bon choix, il était persuadé, à l'époque, d'utiliser ses pouvoirs pour le bien. Mais à présent, il en doutait, il se demandait si c'était vraiment le cas. Ses pouvoirs, ils étaient démoniaques. C'était du sang de démon qui coulait dans ses veines. En quoi cela pouvait-il apporter quelque chose de bon pour le monde ? Les démons étaient sans doute les pires créatures qui soient, les plus maléfiques. Et Sam ne pouvait cesser de sentir cette angoisse grandir en lui, cette idée que peut-être, lui aussi en était un, de démon...
Non, non, il ne pouvait pas penser une telle chose. Il avait combattu le mal toute sa vie, tout ce qu'il faisait, il le faisait dans le but de sauver la Terre, de l'aider. C'était son devoir, sa mission, et si ses pouvoirs pouvaient l'y aider, alors autant les utiliser, non ? Oui, mais l'aidaient-il réellement ? Sam doutait, des millions de questions brulaient ses lèvres, elles lui empoissonnaient l'esprit, et il n'y avait qu'une seule personne capable d'y répondre... Et elle se tenait à présent devant lui, entrain de lui reprocher de ne pas l'avoir mieux cherché, à présent. Sauf que le jeune homme ignorait s'il pouvait lui faire confiance. Il ignorait si elle lui répondrait franchement, ou si elle ferait ce qu'il fallait pour le manipuler, pour parvenir à ses fins.
Il ne lui dirait rien, n'aborderait pas le sujet de ses pouvoirs. Elle en parlerait si elle le souhaitait, mais lui ne dirait rien, n'y ferait même pas allusion.
Il sourit à sa remarque, baissant les yeux sur son plat. La remarque de Ruby l'amusait beaucoup. C'est vrai que Sam passait toujours pour le plus gentil, le plus calme, le plus posé des deux frères, celui qui savait parler aux gens, les écouter. Et son repas, si pauvre en lipides, sans aucun assaisonnement apparent, laissait croire qu'il faisait un régime. Avec un sourire ironique, il attrapa le ketchup posé à côté de lui et en badigeonna sa viande, ses yeux plongés dans ceux de Ruby, avant d'en couper un bout et de mâcher, trèèèèèèèèès lentement. Ce ne fut qu'après qu'il prit la peine de répondre à la démone, sans relever sa remarque à propos du « gentil petit frère ».

« N'essaie pas de me faire culpabiliser, Ruby. Tu as disparu sans laisser de traces, et crois-moi quand je te dis que j'ai essayé de te retrouver. Alors pas la peine d'être en colère contre moi. »

Ce n'était pas un mensonge. Sam avait réellement cherché la démone... Au début tout du moins. Dire qu'il y avait mis tout son cœur était une hyperbole, mais oui, le jeune homme avait vraiment cherché à la joindre, à comprendre ou elle était passée. Il avait juste vite laissé tomber.

« Et puis ou étais-tu, de toute façon ? Tu n'as pas changé de meat suit, à ce que je vois, alors tu n'étais pas en enfer, non ? Et puis même si tu y étais, que voulais-tu que je fasse ? Que je descende t'y chercher ? »

Sam savait bien que là n'était pas le problème. Il se doutait que la démone savait, pour ses pouvoirs, et il se doutait que c'était pour cela qu'elle était en colère.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Sympathy for the Devil [Ruby] Ven 24 Fév - 17:16

    Comme je l’avais voulu en me donnant en spectacle. Sam eut une certaine gêne qu’il ne put dissimulée. Il a bien tenté je crois, mais même un idiot l’aurait vu. Mais ça, il ne le sait pas je crois. Toujours est il que tout le temps que j’ai parlée, fait mon petit numéro ; il est resté là, silencieux, presque immobile. A un moment, on aurait même put croire que l’homme n’était qu’une statue de cire. Jusqu’à ce que je lui parle de sa nourriture d’enfant sage et obéissant. Il tente de me faire croire que ça ne l’atteint pas en la passant sous silence. Mais il baigne tout de même sa viande sous du ketchup. Comme si c’était la sauce des guerriers. Ce qui me fait bien rire et me pousse à lui lancée :
    _T’as raison, noyer la volaille sous le ketchup ça fait gros dur.
    Je joins le geste à la parole en prenant la position d’un bodybuilder qui veut montrer ses biceps. Il est bien évident que je me fous de sa gueule. Car oui, même avec toutes les réparties du monde, Sam ne pourra jamais m’atteindre et me blesser. Et pourquoi ? Parce que je suis un démon. Les attaques, les piques, les vexes, appelez ça comme vous voulez ; ça fait partie de mon quotidien. D’ailleurs, les autres démons n’utilisent que ça comme façon de parler aux autres. Alors que le jeune Winchester ne se plaigne pas, je me suis déjà calmée un peu pour lui être agréable par le passé.
    Puis soudain, la réplique qui tue.
    Sam : « N'essaie pas de me faire culpabiliser, Ruby. Tu as disparu sans laisser de traces, et crois-moi quand je te dis que j'ai essayé de te retrouver. Alors pas la peine d'être en colère contre moi. »
    Ça, c’est une réponse merveilleuse. Problème, c’est que je connais déjà toutes les informations qui y sont annoncées. Mais soit, je le laisse continuer avant de répondre à mon tour.
    Sam : « Et puis ou étais-tu, de toute façon ? Tu n'as pas changé de meat suit, à ce que je vois, alors tu n'étais pas en enfer, non ? Et puis même si tu y étais, que voulais-tu que je fasse ? Que je descende t'y chercher ? »
    C’est pathétique. Autant, je le préférais quand il était le petit Sammy toujours désolé. Car maintenant, il est une pâle copie de Dean. Non, même pas, car Dean encore il peut être impressionnant quand il le veut vraiment. Tandis que lui, il me fait pitié avec ces réponses à deux dollars cinquante. Non seulement il ne comprend rien à la vie, mais il est constamment à coté de ses pompes. Un coup à dire à Lilith : « Hey, j’abandonne, cet imbécile ne comprend rien et je crois que je vais finir par le tuer tellement il me gonfle. » Mais je n’en ferais rien, il me faut bien plus pour péter un câble et abandonner.
    _ C’est bon, t’as finit ta tirade ?
    Dis je prenant une frite dans l’assiette que la serveuse m’a apportée entre-temps.
    _ Déjà pour commencer, et venant d’un humain, l’expression meat suit est à proprement dire répugnante. D’ailleurs, je ne sais pas où tu as entendu ça, mais même nous les démons ont ne nomme pas comme ça nos véhicules.
    Je croque dans ma frite, l’avale presque aussitôt, et reprend :
    _ Ensuite, il me faut bien plus que Lilith pour m’y déloger. Et finalement, comme toujours tu es a coté de tes pompes Sammy.
    Je mange encore deux ou trois frites, avant de répliquer.
    _ Attends, je sais bien que tu n’allais pas venir me chercher en enfer. Sinon, tu l’aurais fait pour ton crétin de frère, c’est logique. Je suis en colère pour tout autre chose, et même si tu n’en dis pas un mot, je sais que tu le penses très fort.
    Je trempe une de mes frites dans le ketchup sur son poisson.
    _ Que tu veuilles être un looser, ça te regarde Sammy. Mais si les gens dans ce resto savaient que tu fuis ton destin. Rejette ta mission de sauver la terre du règne de Satan. Tu crois qu’ils ne s’énerveraient pas un peu comme moi ?!...
    Prenant la voix d’une petite fille.
    _ Je sais, Dean ne veut pas que son petit frère utilise ses pouvoirs. C’est mal, vilain.
    Reprenant une voix plus adulte et surtout plus dur
    _ Mais ce que veut Dean aussi, c’est rester le héro de la famille. Lui il c’est sacrifié pour toi. Lui il risque toujours sa peau pour la survie des humains. Et pendant ce temps, pendant que lui joue le rôle de papa vas en guerre, qu’est ce que tu fais ? Tu restes dans ta chambre d’hôtel à pianoter sur ton ordinateur à la recherche de sa prochaine mission. Tu n’es qu’un petit garçon fragile pour lui. Tu l’as toujours été. Et si tu acceptes sans broncher ces désirs, tu le resteras tout le restant de ta putain de vie. Et crois moi qu’elle ne sera pas bien longue lorsque Lilith aura brisée le dernier sceau.
    Je prend mon couteau et coupe ma viande. De celle-ci, coule le peu de sang qui lui reste. J’avais demandée bien saignante, et là on est à la limite de bien cuit. M’enfin, ce n’est pas grave, de toute façon je ne suis pas une fan de bœuf. Sans lever mon regard de mon steak, j’ajoute.
    _ Qu’est ce que tu crois ? Qu’ils t’aiment en bas ? Certainement pas. Quand je suis retournée là-bas, je les ai entendu parler de toi. La torture à coté n’est rien comparée à leurs projets pour toi.
    De là, j’enfourne un bout de viande comme si je venais juste de parler d’une banalité. Avant de terminer par :
    _Au fait, merci de me le demander, je vais bien.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Sympathy for the Devil [Ruby] Mer 14 Mar - 20:50

Quatre, trois, deux, un... Ça y était, Sam n'en pouvait déjà plus de la démone, il ne l'écoutait plus, reparti dans son petit monde personnel, son espace secret déconnecté de la réalité. Il n'en pouvait plus de tout ça. C'était trop leur demander de le laisser tranquille ?! C'était tout ce qu'il demandait, de la tranquillité. Il avait tant essayé de l'obtenir, tant essayé de vivre sa vie, loin de tout ça. Et ça le rendait fou quand il se disait qu'il y était presque parvenu. Stanford l'avait sauvé de cet enfer, de cette vie qu'il ne voulait pas, qu'il n'avait jamais voulu. Et puis Jessica était morte. Peu à peu, il avait laissé tomber l'idée, il avait abandonné l'espoir d'un jour être normal... Jusqu'à son arrivée à Melting Town. Ruby avait disparu depuis quelques temps déjà, mais Sam continuait de s'entrainer quand il le pouvait – ce qui arrivait peu souvent. Puis il avait retrouvé Brooke. Et il s'était bêtement mis à espérer. A croire que l'univers, le destin, où quelque soit l'emmerdeur derrière tout ça lui donnait une nouvelle chance. How ironic is this ? Il n'avait même pas eu le temps d'arranger vraiment les choses avec la jolie brune que l'autre monstre était de retour. Et Dieu qu'il avait envie de lui coller trois paires de baffes pour le moment.
D'un certain point de vue, on aurait pu croire que Sam haïssait profondément Ruby. Ce n'était pas totalement vraie. Ok, parfois elle lui sortait par les gonds, parfois elle pouvait être cruelle – comme à présent – mais il n'empêche qu'elle lui avait sauvé la vie à de nombreuses reprises, et il n'y a pas si longtemps que ça.
Après la mort de son frère, Sam était devenu une épave, une coquille vide. Buvant comme un trou, incapable de se concentrer sur une seule chasse, il courait les démons pour que ceux-ci échangent sa place contre celle de Dean, prêt à se sacrifier pour cette part de lui-même, si importante, morte par sa faute. Mais tous, sans exception, lui avaient dit non. Et ça le tuait, lentement mais sûrement. Ne pas pouvoir agir, ne pas pouvoir ramener son frère, ne pas pouvoir lui donner ça après tout ce que l'ainé des Winchester avait fait pour lui était... injuste. Pire que ça, Sam refusait la mort de son frère, persuadé en se réveillant le matin que ce dernier franchirait la porte de la chambre pour lui parler d'une nouvelle chasse, et il ne voulait pas réaliser que non, ça n'arriverait plus, plus jamais. Il ne voulait pas prendre conscience de ça, du fait que plus jamais il ne verrait Dean, que tout était terminé. Sans lui, il n'était plus rien, il n'avait plus rien.
Et c'était à ce moment-là que Ruby avait repointé le bout de son nez démoniaque dans sa vie. Elle avait bien choisi son moment. Au moment où Sam avait le plus besoin de quelqu'un pour l'appuyer, pour le forcer à se remettre sur pieds, elle était arrivée. Et elle l'avait sauvé. Que ça lui plaise ou non.
Sauf que depuis, les choses avaient changé, et que Sam avait espéré laisser toute cette partie de sa vie loin derrière lui. Et encore un espoir complètement stupide et inutile, Sammy, encore un ! Mais bon, ce n'était pas comme si c'éait la première fois que l'un de ses rêves finissait broyé par le mixeur de la vie.

[...]-Au fait, merci de me le demander, je vais bien.

Sam cligna des yeux, perdu pendant quelques instants. Hein ? Il avait demandé quelque chose, lui ? Ou disait-elle ça juste parce qu'elle était en colère ? A tout les coups, c'était ça.
Le jeune chasseur se reprit, revenant pour de bon sur Terre, dans l'instant présent. Ruby le fixait, mâchonnant son steak. Le brun pouvait voir tout l'agacement du monde dans ses yeux. Le problème c'est que, n'ayant pas écouté un mot de ce qu'elle avait bien pu raconter, il n'avait pas la moindre idée de ce qu'il pouvait dire. Et n'ayant pas envie que les foudres de la démone s'abattent à nouveau sur lui – il détestait attirer l'attention sur lui – il ferait mieux de trouver quelque chose à dire, vite.

« Au fait... Comment m'as-tu retrouvé ? »

Bien, ça, Sam. Comme si on en avait quelque chose à faire. C'est une démone, imbécile, se rappela le jeune homme à lui-même, levant intérieurement les yeux au ciel.
A tout les coups, elle allait trouver un moyen d'être vexée par la question.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Sympathy for the Devil [Ruby] Jeu 22 Mar - 10:59

    Et voilà, il ne m’avait même pas écouté. A cet instant précis, je crois que j’aurais put le tuer. Mais je n’en ferais rien, car je ne peux pas. Pas uniquement parce que Lilith ou Satan m’en voudraient. Pas non plus parce que je prendrais le risque d’avoir éternellement Dean au cul. Mais disons qu’après je serais en proie a de terribles remords. C’est étrange pour un démon de redouter un tel sentiment. Mais je ne suis pas n’importe quel démon. Avant tout, j’ai été humaine. J’ai vécue avec une âme, une conscience. Et si aujourd’hui il ne me reste plus rien de cette existence ; des réflexes humains subsistent toujours. Et le remords en fait partie. Bon, je ne regrette pas toujours mes faits et gestes, je reste globalement un démon avec ces bons et mauvais atouts. Mais disons que mon coté sentimental, qui émerge depuis quelques temps vis à vis de Sam, sûrement parce que je passe trop de temps avec lui, me ferait payée mon crime. Alors, comme je l’ai déjà dit auparavant, je n’en ferais rien. Mais c’est franchement stupide. Car en voyant son regard, je sens bien que nos rapports ne sont pas équitables. Moi, je l’apprécie. Enfin, plus ou moins. Cela dépend des moments va-t-on dire. Tandis que lui, je sens que je l’agace constamment. Je n’aime qu’on éprouve cela à mon égard. Justement parce que tout le monde a tendance à avoir ce genre de réactions vis-à-vis de moi. Et pourquoi ? Tout simplement parce que je suis une démone. Mais moi, dans mon for intérieur, ça me blesse un peu. Je ne suis pas dépourvu d’humanité. Et ça fait déjà bien longtemps que j’aimerais que quelqu’un m’apprécie à ma juste valeur. Alors lire ça dans son regard, dans son attitude, ça me blesse plus que ça ne me vexe. Je pourrais partir. Me lever et le laisser. Me résoudre au fait qu’entre lui et moi c’est impossible de s’entendre. Mais Lilith se chargerait de mon cas, et je ne peux pas me résoudre à mourir pour un con comme lui.
    _ Au fait... Comment m'as-tu retrouvé ?
    A garçon con, question con. L’un ne va pas sans l’autre apparemment. Je pourrais lui répondre, mais pourquoi faire ; de toute façon il ne m’écoute pas. Il se perd toujours dans ses pensées, ses rêves pour me fuir. Je savais plus ou moins qu’avec lui il faudrait que je m’accroche. Mais ce que j’ignorais, c’est qu’il serait une montagne sans réelle prise, presque impossible à gravir. Alors je soupire. Avant de lui dire sans prendre la peine de lever ma tête de la viande que je coupe.
    _Tu vas m’écouter si je te réponds ?
    Hé oui, autant demander. Car m’égosiller pour que dalle, ça ne m’avance franchement à rien, et moi ça me saoule plus qu’autre chose. Inspirant un grand coup pour être la plus calme possible. Je parle toujours en regardant mon assiette.
    _Tu sais Sam. Je commence à saturée avec toi. Je suis une démone et à l’heure actuelle je pourrais tuer des gens, vivre et m’amuser comme tout ceux de mon espèce. Toi et ton frère vous ne seriez que de vulgaires brindilles sur ma route. Des brindilles que j’écraserais sans remords. Et comme les autres, j’attendrais le moment bénit où Satan remonte sur terre pour réduire à l’esclavage tous ces verres pourris qui détruisent la planète en voulant la dominer.
    Marquant une courte pause, pour chercher les termes exacts qu’il n’écoutera certainement pas plus que les précédents, je finis par ajouter en le fixant droit dans les yeux. Sans tricherie, sans faux sentiment que réellement un besoin d’être écoutée et comprise.
    _ Mais non, je suis là. Je tente vainement de vous protéger tous autant que vous êtes de l’enfer et qu’est ce que j’ai en retour, ton mépris et ton ignorance. Alors tu sais quoi, t’as gagnée. Je te laisse tranquille. Et que Satan ait assez de pitié pour toi pour que ta souffrance ne soit pas trop forte au moment de ta mort.
    Je jette un vulgaire billet chiffonné sur la table. C’est un véritable coup de poker ; un coup osé et dangereux car je prends le risque de tout faire foirer. Mais je me lève et sans daigner le regarder ne serait ce qu’une dernière fois, je quitte le restaurant pour regagner la rue. Je marche lentement. J’ai les nerfs qui palpitent sous la peau. Ma gorge se noue. Non, pas de tristesse. Ou alors un peu. Mais plus par peur qu’il ne tente pas de me retenir. Si c’est effectivement le cas, je peux dors et déjà dire que j’ai signée mon arrêt de mort. Je croise son regard le temps d’une seconde au travers du carreau. Mais je l’ignore. Il faut qu’il pense que je suis déterminée à ne plus l’approcher sans qu’il ne le souhaite de lui-même. Et s’il ne le souhaite pas, je sais qu’il ne me reste plus qu’à me rendre chez Lilith pour attendre ma sentence. Ça fera très mal. Il y a de forte chance que je souffre les tortures pendant des millénaires, et ce même après l’ascension de Satan parmi les hommes. Mais qu’il en soit ainsi. C’est la punition que je mérite. Si je ne suis pas capable de parvenir à mes fins, je ne mérite pas de clémence.

Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Sympathy for the Devil [Ruby] Jeu 5 Avr - 21:02

Sam écouta Ruby, cette fois, oh oui, il l'écouta, les oreilles grandes ouvertes, parce qu'il ne s'attendait certainement pas à ça, non, pas du tout, jamais il n'aurait cru qu'elle lui déballerait tout ça, il n'aurait jamais cru l'entendre dire quelque chose comme ça un jour. Il s'attendait à une remarque ironique, agressive, à un truc de démon, et à la place, la voilà qui lui balançait toute sa rancœur, toute sa lassitude à la figure, sans prévenir. Et Sam ne pouvait s'empêcher de ressentir une pointe de culpabilité en l'écoutant. Il avait l'impression d'être un enfant en faute, il avait l'impression d'avoir trahi sa confiance, de l'avoir blessé, et il détestait ça, parce qu'il n'aurait pas du se sentir coupable d'être comme ça avec la démone, justement parce qu'elle en était une, ce n'était pas bien, ce n'était pas la bonne chose à faire. Sam aurait du garder, ses distances, il aurait du la haïr.
Mais la vérité, c'est qu'il n'y parvenait pas. Le jeune chasseur ne haïssait pas Ruby, loin de là, et ça n'avait jamais été le cas. Pourquoi l'aurait-il haït ? Elle n'avait fait que l'aider depuis qu'ils se connaissaient, c'était tout. Elle n'avait jamais rien fait hormis le soutenir, le pousser à gagner la guerre qui l'opposait à Lilith. Elle lui avait sauvé la vie, elle l'avait coaché quand il en avait eu le plus besoin, quand il était au fond du trou. Ce n'était pas Ruby le problème. Pas vraiment. C'est juste que quand il était avec elle, le peu d'espoir qu'il avait de retrouver un jour une vie normale disparaissait complètement. Quand il était avec elle, il devenait cette machine à tuer les démons, il devenait celui qui aurait du conduire l'armée d'Azazel. Et Sammy ne voulait pas être ça, il ne l'avait jamais voulu, qui voudrait être un monstre, qui voudrait être capable d'exorciser des démons par la seule force de sa pensée ? Personne ne souhaitait une telle chose ! La plupart des gens ne pensaient même pas à envisager le fait que l'exorcisme était autre chose qu'une grande blague ! Et il fallait que ça tombe sur lui ? Qui n'aurait pas agi de la même façon que lui ? Que celui qui n'aurait pas tout fait pour conserver une existence normale lui jette la première pierre. Quand on était comme lui, dans sa situation, on avait qu'une envie, fuir, et c'était tout à fait normal. Et pour Sam, Ruby était celle qui l'empêchait de fuir, parce que ça ne serait jamais son frère, non, même s'il l'aimait, il l'avait déjà fui par le passé, non, c'était définitivement Ruby qui le retenait dans cette vie parce qu'elle ne voulait pas, ne pouvait pas le laisser tranquille et qu'elle revenait à la charge sans cesse, sans arrêt, le poussant dans ses retranchements, l'obligeant à utiliser encore et toujours ses pouvoirs, parce qu'évidemment, ses arguments étaient infaillibles. Sam serait-il assez égoïste pour ne pas essayer d'empêcher le retour de Lucifer ?
Alors non, Sam ne haïssait pas Ruby. Mais il aurait tant voulu qu'elle n'ai jamais débarqué dans sa vie, il aurait tant voulu qu'elle ne soit pas là pour lui rappeler son devoir, il aurait voulu qu'elle disparaisse pour que lui puisse enfin être normal. Et voilà que maintenant, elle lui lançait un dernier regard fatigué avant de déposer de l'argent sur la table et de s'en aller. Tout se jouait dans l'esprit de Sam, à présent. Allait-il la suivre, la retenir ? Ou la laisserait-il s'en aller ? Il tenait enfin son occasion tant attendue, l'opportunité d'être normal, d'être tranquille.
Mais ce n'était pas lui. Il n'était pas comme ça. Quoi qu'il en dise, il n'était pas un lâche. Alors qu'elle s'en allait dans la rue après lui avoir lancé un dernier regard, il grogna. Oh, il allait se détester pour ce qu'il était sur le point de faire. Il s'en voudrait jusqu'à la fin de sa vie. Mais il allait le faire. Il s'était déjà décidé. Il allait le regretter, au moins cent fois par jour. Mais il était déjà debout, il avait déjà déposé un billet sur la table, et ça y était, il franchissait les portes du restaurant, il sortait, il chercha des yeux sa chevelure blonde, se dirigea vers elle. « Ruby ! Attends, s'il te plait ! » s'écria t-il en al rejoignant. Elle se retourna vers lui. Était-elle contente qu'il l'ait retenu, en avait-elle quelque chose à faire ? Il n'aurait su le dire. Mais ce qu'il savait c'est que lui avait fait son choix. A sa plus grande surprise, il avait pris cette voie qu'il avait tant fuit, qu'il essayait encore de fuir malgré tout. Ce qu'il faisait n'avait aucun sens, c'était contradictoire. Mais quoi qu'il en soit, il était là, à présent, face à elle. « Tu as gagné. » murmura t-il dans un murmure fatigué.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Sympathy for the Devil [Ruby] Mar 10 Avr - 12:27

    _Ruby ! Attends s’il te plaît !
    Cette petite phrase, ces cinq mots, je suis soulagée de les entendre. Je les ai tellement espéré en sortant de ce restaurant, en avançant dans la rue, que je sens soudainement que je pourrais m’écrouler sur le sol de soulagement. Heureusement pour moi, je suis assez résistante et je tiens prise. Je me retourne vers le jeune homme, qui me surprend toujours par sa grandeur.
    _Tu as gagné.
    Me murmure t’il, fatigué. Ça n’est pas vraiment ce que j’aurais aimé entendre de sa bouche. Mais tant pis, je m’en contenterais. Après tout, il n’a jamais été question qu’il m’apprécie sincèrement. Qu’il me retienne peut être par amour inavoué, non. Mon but, qu’il me retienne et m’aide à l’amener face à Lilith. C’est ce qu’il a fait. Bon gré mal gré certainement. Mais toujours est il qu’a présent je peux souffler, je suis toujours en course. Soudainement, pousser par un bon sentiment qui me vient d’un organe qui me sert très rarement mais qu’on appelle le cœur ; je pose ma main sur son bras pour lui parler tout en cherchant son regard et lui réponds.
    _ Non Sam, je n’ai pas gagnée. Car dans cette histoire, il n’y a pas de victoire possible. Que cela soit de ton coté où du mien, nous serons tous deux amené un moment où un autre à être perdant.
    Je sais que je perdrais tout. Sa confiance, peut être le peu d’amitié qu’il me porte si je continue ma mission. Mais je n’ai guère le choix, et je reprends tout en étant sincère.
    _ Je sais que tu ne me portes pas dans ton cœur. Mais sache que moi je t’apprécie vraiment beaucoup. Et si tu ne m’avais pas rattrapé, j’aurais été d’avantage déçu de te perdre. Tu es quelqu’un de bien, Sam.
    Que faire de plus ? Que dire de plus ? Je racle ma gorge, je suis gênée. C’est la première fois que je lui parle ainsi, sans montrer les crocs et sortir les griffes. Je ne comprends pas cet effet qu’il me fait. Je n’ai jamais connue l’amour. D’ailleurs, je ne vois pas pourquoi je parle de ça, car il est tout bonnement impossible que j’en sois amoureuse tôt où tard. Et pourtant, j’ai l’impression que mon cœur frappe sous ma poitrine, menaçant en s’accélérant de percer ma peau pour s’en échapper. Depuis qu’il ma retenue, j’ai comme une boule au fond de la gorge. Un stress survenu d’un étrange désir, celui de l’embrasser. Si je pouvais, je me jetterais sur ses lèvres avec une passion dévorante. Mais je ne fais rien, je me contente de le regarder droit dans les yeux. Je lis pour la première fois sa peine d’être « anormal ». Oui, il est humain. Oui, il mange, boit, respire. Mais il ne mange pas, ne boit pas et ne respire pas la vie comme il le voudrait vraiment. Et c’est un peu beaucoup de ma faute. Exprimerais je du remord tout d’un coup ? Oui, peut être bien. Je ne pensais pas être aussi faible finalement. Mais il faut dire que ma mission est séduisante, touchante. J’approche ma main de sa joue, puis je la recule. C’est inconvenant, déplacé. Et surtout, vu comment il m’apprécie, je devine d’avance que mon geste me sera rejeté à la figure. Et je n’ai pas envie d’avoir mal encore une fois, surtout quand il me répondra comme un chien et me traînera à terre dans ces mots. je tourne ma tête, me ressaisit. Un moment de faiblesse qui en a déjà trop dit. Alors je fais comme si de rien n’était et ajoute, avec l’espoir fou qu’il voudra néanmoins repasser au ralentit ce moment de tendresse.
    _ Tu ne connais pas un bon endroit où nous pourrions être seuls par hasard ?

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Sympathy for the Devil [Ruby] Mar 17 Avr - 10:06

Sam s'en voulait déjà terriblement d'avoir retenu Ruby. Il le savait, il le sentait, cette décision ne lui apporterait que des problèmes. Dean lui en voudrait. De lui avoir caché la vérité sur sa vie sur Terre durant ses mois en enfer, de recommencer maintenant qu'il était revenu. Oh oui, il lui en voudrait, à mort, et ça entrainerait de nombreuses disputes, violentes. Comment Sammy pourrait-il possiblement arranger les choses avec son grand frère après ça ? La réponse était simple : il ne pourrait pas. Ils fonçaient droit dans un mur, et il n'y avait pas de freins pour les arrêter, pas d'autre chemin à prendre pour le contourner. Le jeune chasseur ne parviendrait jamais à recoller les morceaux avec son frère. Pas complètement en tout cas. C'était tout simplement impossible. La vie ne lui avait jamais fait de cadeau, elle ne commencerait certainement pas aujourd'hui.
Et puis il y avait Brooke, aussi. Sa Brooke. Sam l'aimait tellement, à en mourir. Ça le tuait, ça le consumait de l'intérieur. Et le fait de ne pouvoir se montrer honnête avec elle plus qu'autre chose. Alors quoi ? Amener une autre femme dans l'équation, maintenant, au moment le plus critique, alors qu'il venait de la retrouver, qu'ils venaient de se retrouver ? Ils n'étaient même pas encore redevenu un couple ! Qu'est-ce que Sam lui dirait ? Quelle excuse lui sortirait-il cette fois ? Non, parce qu'il ne pouvait évidemment pas arriver et lui dire : 'Non mais t'inquièèèèèèèète, c'est personne, juste une démone dans le corps d'une jolie blonde qui m'aide à m'entrainer pour exorciser les démons par la seule force de ma pensée et accessoirement tuer Lilith, leur chef, pour empêcher l'Apocalypse ! Rien de bien grave ! Quoi ? Comment ça je suis fou ? Mais non enfin ! Brooke, reviens !' Oui, non, clairement, ça ne passerait pas comme une lettre à la poste. Sam ne pourrait plus garder sa vie secrète très longtemps, pas s'il espérait faire quelque chose de sa relation avec la jeune femme. Mais il avait tellement peur de la perdre à cause de ça, s'il la perdait à nouveau, il ne savait pas ce qu'il ferait, il n'y arriverait pas sans elle, elle était devenue importante, bien trop importante. Ça le hantait, il avait si peur pour elle, il en avait des montées d'angoisses la nuit, l'idée de la perdre lui était réellement insupportable. Il ne pouvait pas perdre quelqu'un à nouveau, surtout pas Brooke.
Mais pourtant, il était là, face à Ruby, prêt à lui ouvrir grand les bras, à se jeter dans son piège comme l'imbécile qu'il était, incapable de dire non, incapable d'être cruel avec elle et pourquoi ? Il ne pouvait même pas le dire. C'était bien simple, il n'y avait aucune raison rationnelle à ses agissements. Il aurait du se comporter en monstre avec elle. Il n'aurait jamais du perdre de vue le fait qu'elle était avant tout une démone, une créature de Lucifer, de l'enfer, un monstre, parmi les plus horribles et les plus dangereux que son frère avaient connu. Et pourtant, il se tenait en face d'elle, éprouvant du remord à l'idée de s'être comporté comme un goujat avec elle, et c'était incroyablement stupide de sa part, incroyablement naïf. Il était trop naïf. Beaucoup trop. Comme il regretterait de lui avoir finalement accordé sa confiance. Il le savait. « Non Sam, je n’ai pas gagnée. Car dans cette histoire, il n’y a pas de victoire possible. Que cela soit de ton coté où du mien, nous serons tous deux amené un moment où un autre à être perdant. » Le jeune chasseur fronça les sourcils. Qu'entendait-elle par là ? Qu'essayait-elle de lui faire comprendre avec ses mots ? Qu'il devrait s'éloigner d'elle ? C'était trop tard. Qu'il devrait se méfier d'elle ? Oh, mais il se méfiait. Toujours. Il n'était pas suffisamment stupide pour lui accorder toute sa confiance. Du moins, il l'espérait. « Je sais que tu ne me portes pas dans ton cœur. Mais sache que moi je t’apprécie vraiment beaucoup. Et si tu ne m’avais pas rattrapé, j’aurais été d’avantage déçu de te perdre. Tu es quelqu’un de bien, Sam. » Elle se racla la gorge, mal à l'aise. Sam, lui, ne dit rien, bien trop surpris pour ça. Il n'en croyait tout simplement pas ses oreilles. Avait-il raté quelque chose ? Était-ce toujours Ruby, dans ce corps ? Ruby, la démone sans arrêt ironique, acerbe, qui ne savait lui parler qu'avec violence, en le rabaissant le plus possible ? Non, elle ne pouvait pas lui avoir dis ça. Sammy avait mal entendu. Elle ne pouvait pas avoir affirmer 'l'apprécier', n'est-ce pas ? Elle n'avait pas dit les mots 'déçue de te perdre ?', non ? Et pourtant, si, c'était bel et bien les mots qu'elle avait employé. Ses paroles troublaient énormément le jeune homme. Était-ce un piège, était-elle sincère ? Comment en être sûr et certains ? Était-elle seulement capable d'apprécier les gens ? Est-ce que le fait qu'elle se souviennent encore de sa vie d'humaine la rendait un peu humaine, quelque part ? Sam n'aurait su le dire, tout comme il ne pouvait pas être certain de la véracité des mots de Ruby. « Tu ne connais pas un bon endroit où nous pourrions être seuls par hasard ? » demanda la blonde, le sortant de ses pensées. « Je... heu... » bafouilla maladroitement Sam, mal à l'aise. Il prit une grande inspiration. « Dans le restaurant, personne n'écoutera notre conversation. Donc on peut y retourner si tu veux. Ou alors je te donne rendez-vous dans un endroit tranquille un peu plus tard, sur le pont du Golden Gate par exemple ou même dans l'Impala, ailleurs, quand mon frère sera sorti. Comme tu veux. » finit-il par dire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Sympathy for the Devil [Ruby] Mar 17 Avr - 12:18

    Il doute. Il se méfie. Mais comment pourrait il en être autrement. C’est vrai que pendant longtemps je n’ai été une chienne enragée vis à vis de lui. Toujours à le vexer, le rabaisser plus bas qu’à terre. Mais n’étais ce pas non plus mon lot quotidien quand il me parlait ? N’était ce pas finalement quelque chose de normal entre une démone et un chasseur ? Je suppose que si. Que c’est une force supérieure à nous qui dicte nos réactions. Et parfois, je dis bien parfois, il arrive que ce qui était acquis change. Comme cette haine qui nous unissait encore hier. J’ignore pourquoi, mais je la sens disparaître de jours en jours. Au départ, je pensais que je me lassais de lui. Que finalement, il n’avait plus grand intérêt sauf celui que Lilith lui prête. Par conséquent, cette rage constante disparaissait pour ne laisser qu’un grand vide. Et tout à l’heure, en le rejoignant dans ce restaurant, je pensais l’avoir retrouvée. J’étais si hors de moi. Si frustrée. Si vexée de voir qu’à ces yeux je ne comptais pas plus que ça. Et au gré de la conversation, cette colère c’est radoucit pour laisser place à un mal étrange. Une boule dans la gorge qui pique les yeux. Presque comme une envie de pleurer. Sauf que pour lui et pour n’importe qui d’autre, je ne pleurais pas. Plutôt crever. Et maintenant, je sentais mon cœur s’affolait dans ma poitrine. Du moins, le cœur dans ce corps que j’habite depuis tellement longtemps. J’ai l’impression qu’avec le temps, je ne fais plus vraiment qu’une avec.
    _ Je.. Heu..
    Me bafouille t’il enfin. Bof, ce n’est pas concluant mais ça reste un excellent début. Au moins, il n’a pas avec sarcasme remit la véracité de mes propos. Et le temps d’un instant, même infiniment court, il a enfin laisser la gêne parlait pour lui.
    _ Dans le restaurant, personne n'écoutera notre conversation. Donc on peut y retourner si tu veux. Ou alors je te donne rendez-vous dans un endroit tranquille un peu plus tard, sur le pont du Golden Gate par exemple ou même dans l'Impala, ailleurs, quand mon frère sera sorti. Comme tu veux.
    Reprit il. Le restaurant ? Non, ce n’était pas a proprement parler un endroit vraiment tranquille. C’est vrai, les clients n’écouteraient pas forcément. Mais je n’ai pas l’intention de bavarder trop longtemps non plus. Qui plus est, avec la méfiance légendaire de Lilith me concernant, elle aurait été bien capable d’infiltrer un de ses gros bras parmi eux sans que je le ressente. Car n’oublions pas, je ne suis pas une démone de naissance. De ce fait, il y a encore certaine chose que je maitrise pas encore. Le golden Gate ? Non, je n’ai pas envie d’être en extérieur. Et L’impala, encore moins. La « maison » de Dean. S’il apprenait que j’ai posée mes fesses dedans, monsieur en ferait un caca nerveux. Alors, sortant de la poche intérieure droite de ma veste un petit bloc note et un stylo. Hé oui, je suis prévoyante, je note l’adresse d’un entrepôt abandonné à la sortie de la ville. Puis lui tend le papier préalablement détaché de son carnet.
    _ Rejoins moi là-bas dans une heure.
    Puis je me stoppe et me corrige.
    _ Non, rectification. Je te donne rendez vous là-bas dans une heure. Si tu viens, c’est que tu auras murement réfléchit à ce que tu veux vraiment au fond de toi, et que tu auras décidé en ton âme et conscience de me rejoindre. Si tu ne viens pas, je serais fixée. Mais attention, une fois sur place il ne faudra plus de remords. Plus de regrets. Je ne veux plus être tenue responsable de tes actes. Il faudra que tu assumes tout seul.
    Puis, tournant les talons pour partir en direction de l’entrepôt. Car à pied, il me faudra bien une heure pour rejoindre le lieu dit. Je termine par juste une phrase.
    _ Au cas où, adieu Winchester.
    J’ai réellement besoin de la savoir prêt de moi par envie que par forcing. Je sais que c’était le but premier de ma mission, le forcer. Mais j’estime que Sam est assez intelligent pour agir tout seul. Suffit juste de lui donner les cartes en main. Après, libre à lui de faire soit un coup de poker, ou de se coucher. Personnellement, j’espère du fond de mon être qu’il est le genre de mec à bluffer son monde. Bref, qu’il ne soit pas se que Dean attend de lui. Mais bien que lui veut faire de son existence. Disparaissant au détour d’une rue sans plus d’égard à sa personne, je m’imagine déjà tuée par Lilith pour eviter les mauvaises surprises.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Sympathy for the Devil [Ruby] Mar 17 Avr - 13:42

RP terminé
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Sympathy for the Devil [Ruby]

Revenir en haut Aller en bas

Sympathy for the Devil [Ruby]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imagine Crossover ::  :: 
Topics Finis
-