Bienvenue sur Imagine Crossover !
 
N'hésitez plus à vous inscrire, le forum a fêté ses 1 an récemment
Et il ne manque plus que vous !



Partagez|

Il y a des gens qu'on ne peut pas oublier.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar Invité Invité
MessageSujet: Il y a des gens qu'on ne peut pas oublier. Mar 7 Fév - 16:41


    Etre en convalescence, ça n’est pas rien. Castle le savait parfaitement. Dans ses livres, il en parlait, mais dans la réalité, il savait que ça prenait encore plus de temps. Dans un livre, on peut mettre le temps que cela a prit. Dans la vie, on le subit. Ca faisait plus de deux mois que l’écrivain attendait un appel. Après que Kate se soit fait tirer dessus, il avait subit beaucoup de choses. Il avait vu la femme qu’il aimait perdre conscience et perdre la vie dans ses bras. Il avait eu alors ses amis pour le soutenir à l’hôpital. Puis, il y avait eu Josh, ce médecin qu’il détestait au plus au point. Ce type ne savait pas la chance qu’il avait de pouvoir avoir Kate à ses côtés. Richard, lui, le savait et c’est pour ça qu’il lui avait dit qu’il l’aimait. Il n’avait pas dit cela par hasard, ou pour torturer l’esprit de la jeune femme. Non, il le pensait vraiment. Seulement, il y avait toujours son petit ami qui traînait dans le coin. Puis quand il avait enfin pû voir sa partenaire, cette dernière lui avait demandé de partir. Qu’il rentre chez lui. Il pensait qu’elle avait besoin de se reposer, mais quand elle lui avait dit qu’elle appellerait, il savait que ça ne serait pas pour le lendemain.

    Seulement ça faisait déjà deux mois. Lui avait reprit le cours de sa vie. Enfin, il avait reprit l’écriture. Il fallait qu’il finisse son roman pour qu’il puisse être publié. Entre avoir Alexis qui avait peur pour lui après la fusillade. Avec Martha qui voyait bien qu’il allait mal en n’ayant pas de nouvelles de la détective et avec Gina qui l’appelait régulièrement pour savoir où il en était de son livre, il avait décidé de foncer tête baissé vers Niki et Jameson. Ses héros seraient sa seule priorité en plus de sa fille et sa mère évidemment. D’ailleurs, avec Alexis, ils parlaient beaucoup de l’université, car la jeune femme n’allait pas tarder à devoir faire un choix. Petit à petit, elle s’approchait de ce nouveau monde et elle avait déjà une liste des universités qui lui plairaient. Richard était très fier d’elle et il devait avouer que peut importe l’université qu’elle choisirait, il savait qu’elle allait tout donner pour y parvenir. Deux mois et demi était passé et Castle entrait dans le troisième mois sans nouvelles de Kate. Il était passé par le commissariat pour tenter de la voir, mais il n’avait vu que les gars. Ces derniers n’avaient pas voulu lui dire grand-chose.

    Il ne restait donc plus qu’un seul moyen pour l’écrivain d’avoir des nouvelles de la jeune femme. Il fallait qu’il aille voir son père. Sachant que ça ne serait pas simple, malgré la gentillesse de cet homme, il devait se montrer prudent. D’un côté, c’était elle qui devait l’appeler, mais d’un autre côté, il voulait juste être sûr et certain que tout allait bien. Avoir juste des nouvelles, juste entendre « Elle va bien. ». C’était tout ce qu’il voulait savoir. Alors, après avoir rassemblé tout son courage, il avait prit sa voiture et était allé chez Jim Beckett. Ayant parlé avec lui quand Kate était en chirurgie, il savait où se rendre. Une fois sur place, il resta devant la porte quelques secondes avant d’oser frapper. Ce fut l’homme qui lui ouvrit et il se mit à sourire. Les banalités furent échangées, à savoir comment l’un et l’autre allaient. Jim lui avait proposé un café qu’il avait accepté avec joie. Une fois assit dans un des fauteuils et Jim dans le canapé, l’écrivain, se décida à parler.

    Vous devez vous douter du motif de ma visite.

    En voyant l’homme sourire très simplement, il hocha la tête. Oui cet homme avait très bien comprit pourquoi il était venu le voir.

    Comment va-t-elle ?

    C’était tout ce qu’il était parvenu à formuler, il ne savait pas si Jim allait lui dire toute la vérité, mais il avait besoin de savoir, après cela, il s’effacerait à nouveau et laisserait la jeune femme seule, vu que s’est ce qu’elle semblait vouloir.

Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Il y a des gens qu'on ne peut pas oublier. Mer 8 Fév - 11:46

Kate n'en pouvait plus de rester chez son père, cela faisait maintenant plus de deux mois qu'elle avait été la cible d'un sniper et depuis sa vie était au point mort. Plus de travail, plus de sorties, plus de Castle, juste de la peur et des remords.

Depuis l'incident, la peur s'était évanouie - caché quelque part en elle - et avait laissé place à la plus grande préoccupation de la brunette. Castle. Richard Castle. Les mots qu'il lui avait dit juste avant qu'elle ne tombe dans l'inconscience ne cessait de se répéter dans sa tête. Elle le revoyait lui dire qu'il l'aimait... Dans ses rêves, la brunette lui répondait, lui avouait à quel point elle l'aimait. Mais non. De toutes façons, l'écrivain croyait qu'elle ne se souvenait de rien alors elle pouvait prendre son temps pour ouvrir son cœur, attendre d'être prête. Pour le moment, la détective - en congé forcé - devait se satisfaire de son imagination. Une imagination qu'elle ne savait pas si créative avant d'avoir eu un de ces rêves dont elle se réveillait enroulée dans ses draps, en sueur, le sourire aux lèvres. Oh Castle était un bon coup lorsqu'elle était dans les bras de Morphée... peut être qu'un jour elle pourrait enfin tester sans avoir à être endormie.

Son collègue n'était pas venu la visiter depuis qu'elle était en convalescence chez son père, elle lui avait refusé ce droit. Elle lui en voulait énormément - surement plus qu'au type qui l'avait abattu - et avait besoin de temps pour y penser, le pardonner avant de repartir sur de bonnes bases. Elle lui avait promis de l'appeler, ce qu'elle n'avait pas fait. Kate n'avait pas eu le temps de penser à comment lui pardonner, non pour le moment les seuls scenarii basés sur Castle consistaient à le faire hurler "Apples".

Bref, quittons un peu Castle pour revenir à notre Beckett. La jeune femme faisait tout - et trop vite - pour se remettre de ses blessures et revenir à la 12eme. Ce n'était pas tous les jours évident. Au début, le simple fait de sortir la terrifiait, puis les progrès étaient arrivés et elle pouvait à présent aller faire son footing sans problème. Du moins sans être tourmentée psychologiquement, car les douleurs physiques étaient toujours bien présente. Les tissus cicatriciels la faisaient atrocement souffrir durant ses entrainements intensifs, mais ils ne l'arrêtaient pas. Elle était bornée, elle voulait retrouver son travail coute que coute.

Le footing du jour l'avait fait sortir de chez son père une bonne heure, elle était revenue avec un sac plastique - remplit de plats chinois pour leurs diners - et n'avait pas fait attention à la voiture qui encombrait l'allée. La brunette entra dans son nouveau lieu de vie et fila à la cuisine pour déposer la nourriture, elle n'y resta pas longtemps, car elle voulait voir on père avant de filer à la douche. Retirant son tee shirt - se retrouvant dans une brassière de sport inélégante - et un short de course assez court, elle fit son apparition au salon.

« Papa je vais pr... Castle ? »

Son cœur s'arrêta de battre lorsqu'elle le vit assit avec son père dans le salon. Elle ne s'attendait définitivement pas à le voir là... c'est surement pour ça qu'elle mit autant de temps à percuter sur sa tenue et de croiser les bras pour cacher sa semi nudité. Après quelques secondes de silence plat, la détective se reprit et alla capturer le regard de son partenaire.

« Qu'est ce que vous faites là ? Je ne vous ai pas appelé. »

Le petit sourire qui ornait son visage en disait long et même si elle avait très envie d'aller le prendre dans ses bras et de l'embraser avec passion elle ne le fit pas. Il y avait quelques raisons à ça, d'une, le voir la mettait toujours autant en pétard, de deux, il n'avait pas attendu son appel, il n'avait pas respecté le deal et de trois, elle était dégoulinante de sueur après son footing.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Il y a des gens qu'on ne peut pas oublier. Jeu 9 Fév - 17:01

    Il avait besoin de savoir. Cette fois-ci, ça n’était pas sa curiosité qui avait besoin de réponses. Lors des enquêtes, il avait besoin de cela. C’est pour ça aussi qu’il aimait former des histoires. Montrer qu’il était doué. Même si les gars et Kate se moquaient parfois de ses théories, de temps en temps, farfelues, il aimait les inventer. C’était son truc à lui ; Eux avaient des armes, lui avait sa façon de former des histoires. Il aimait cela d’ailleurs et puis, il aimait bien voir les yeux de ses partenaires le fixer dans il racontait des histoires. Il savait qu’ils écoutaient avant de dire que ça n’était pas bon ou pire. C’était un plaisir pour lui d’ailleurs. Mais cette fois-ci, c’était le fait qu’il avait des sentiments pour la jeune femme qui l’avait poussé à venir chez son père. Elle avait dit qu’elle l’appellerait, mais elle ne l’avait toujours pas fait et il avait peur. Peur qu’elle ne veuille plus le voir. Peur qu’elle reprenne son travail sans lui dire qu’il pouvait revenir. Peur qu’elle ait des souvenirs et qu’elle lui dise qu’elle ne ressentait rien pour lui. Peur de la perdre, tout simplement.

    Personne n’avait voulu lui donner des nouvelles. Peut-être qu’elle n’avait pas contacté les gars et Lanie, il ne savait pas. Seulement, il n’avait de nouvelles de la part de personnes. Alors, il avait décidé d’aller voir Jim Beckett pour savoir comment allait sa fille. Il ne savait pas comment allait réagir l’homme, mais il savait qu’il était quelqu’un de bien. Il l’avait vu à l’hôpital quand Kate était en salle d’opération. Il avait aimé parler avec Jim. Cependant, il ne lui avait pas dire qu’il avait avoué ses sentiments à sa fille. Ca il ne l’avait pas osé. Côté belle famille il n’avait pas de contact avec les deux précédentes au vu de ses deux mariages et divorces. Du coup, il ne savait pas vraiment comment s’y prendre avec Jim. Mais ce dernier eu un sourire en le voyant et il devait avouer que ça le mettait plus en confiance. Du coup, il accepta de prendre un café avec l’homme et il avait demandé à ce dernier comment allait Kate. L’écoutant répondre, il hochait simplement la tête. Apparemment elle allait bien, ce qui était une très bonne nouvelle pour l’écrivain. Puis, les sujets de conversations changèrent. Entre savoir comment allait Martha et Alexis, comment les deux hommes allaient, puis les gars, Lanie et le commissariat en lui-même.

    Cependant, Castle ne pouvait pas en dire énormément, vu qu’il n’avait pas passé beaucoup de temps avec eux. C’est alors qu’il fut coupé en entendant un bruit de porte. Fixant Jim, il vit ce dernier sourire, mais il fut comme tétanisé. La jeune femme devait être là dans la maison et il devait avouer qu’il n’avait pas pensé à la croiser. Il avait pensé soit partir avant qu’elle n’arrive, soit ne pas du tout la voir. C’est alors qu’il l’a vit arriver en tenue de sport, légère. La voyant se cacher le haut du corps derrière ses bras, il ne dit rien, mais reprit vie. Elle n’avait pas beaucoup changé physiquement, mais il devait avouer que la peau qu’il pouvait voir n’était pas du tout désagréable. Puis, le silence ce fit. L’écrivain ne sû pas trop quoi dire et la jeune femme se mit alors à prendre la parole.

    C’est justement pour ça que je suis venu voir votre père.

    Se levant alors, il continua de regarder la jeune femme. Il ne pouvait pas détacher ses yeux d’elle. Il ne fit alors pas attention au fait que Jim venait de sortir de la pièce, prétextant qu’il allait refaire du café.

    Personne n’a pû ou voulu me dire comment vous alliez alors je suis venu, pensant que votre père pourrait m’en dire plus.

    Baissant alors les yeux, il se passa une main sur la nuque et releva doucement les yeux vers elle.

    Maintenant que je sais que vous allez bien, je devrai y aller.

    Avec un faible sourire, un peu timide, il vit Jim pas très loin.

    Merci encore pour le café et la conversation.

    Hochant la tête, il regarda à nouveau la jeune femme, avant de tourner la tête, toujours mal à l’aise, près à partir, parce qu’il ne savait clairement pas comment se comporter face à Kate.

Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Il y a des gens qu'on ne peut pas oublier. Ven 10 Fév - 11:24

La course à pied aidait l'enquêtrice à se vider a tête, à ne penser à rien pendant une heure et revenir détendue chez son père. Elle courrait donc tous les jours depuis presque une semaine malgré que son médecin ne soit pas à 100% pour. Le pauvre, il avait subit les regards noirs de la belle, les cris et les frustrations, pour au final n'être même pas écouté. Kate allait trop vite pour son corps - qui lui faisait souvent ressentir - mais elle continuait, elle continuait à pousser plus loin pour retrouver sa forme d'antan.

La présence surprise de Castle n'enchanta pas immédiatement la jeune femme. Elle, qui depuis la fusillade, lui en voulait - pour tout et pour rien -, du se retenir pour ne pas le renvoyer d'où il venait. Mais au final, le voir si vulnérable devant elle, lui apporta un petit sourire au coin des lèvres. Son partenaire était dans le salon de son père, il faisait le premier pas... encore une fois. Et cette fois, elle se devait de faire le second pas en sa direction. Alors qu'il s'apprêtait à s'en aller, elle fit un pas dans sa direction.

« Il y a un café au coin de la rue si vous avez cinq minutes. »

Les yeux noisettes de la brunette indiquèrent le canapé à l'écrivain. Il allait devoir l'attendre un peu le temps qu'elle se douche et qu'elle passe des vêtements plus appropriés. Kate n'attendit pas que les fesses de Rick soient sur le moelleux canapé avant de filer. Elle voulait faire au plus vite pour partir boire ce café avec son partenaire. Oui, elle l'avait effacé de sa vie pendant plus de deux mois et maintenant deux minutes sans lui la rendait dingue. Mettons ça sur le compte des anti-douleurs - même si ce n'était pas la vrai raison -.

Beckett ne prit pas le temps d'apprécier l'eau chaude sur sa peau, elle se contenta de se frotter avec tous ses produits - à la cerise - qu'elle avait ramené de chez elle. Une fois propre - et avec une aura fruitée autour d'elle - elle se sécha et partit s'habiller dans sa chambre. Elle n'avait pas énormément de choix alors elle opta pour un jeans et pull bleu marine, simple, mais approprié. Avant de sortir de son cocon, elle traça un trait de liner au raz de ses cils et donna un petit coup de peigne dans sa crinière sauvage - histoire de dire -.

La jolie brunette partit affronter Castle avec toute la confiance en elle possible. Les choses devaient bien se passer... Elle n'avait pas le choix. Il lui avait dit des mots importants et elle devait faire en sorte de ne pas - de ne plus - le décevoir. Jim regarda sa fille affronter la situation à sa manière, il la reconnaissait bien là, elle était sa petite fille. Il s'approcha d'elle avant qu'elle ne ferme la porte pour déposer un baiser sur son front et lui souhaiter bonne chance. La détective ne comprit pas pourquoi il lui souhaitait bonne chance, mais elle sourit et hocha la tête -.

« Alexis va bien ? »

La miss s'intéressait réellement à la fille de l'écrivain, mais il était clair que ce n'était qu'un sujet d'accroche pour le trajet jusqu'au café. Elle gardait le reste - les sujets brûlants - pour lorsqu'ils seraient protégés du froid dans le café. Café qu'ils ne mirent pas longtemps à rejoindre, ce dernier était vide, surement à cause du froid glacial.

A présent, elle ne savait plus quoi dire, ses doigts fins jouaient avec ses cheveux, elle les tortillait, les faisait voler, les tripotait et tout ça dans l'unique but de ne pas avoir à parler. Alors ce moment de hairporn combiné à un regard amoureux - dirigé droit vers le sol - elle trouva qu'il était temps qu'il parle, oui lui, elle venait de faire son pas après tout... ou pas. Cependant, elle fut quand même la première à ouvrir la bouche.

« Je me souviens. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Il y a des gens qu'on ne peut pas oublier. Ven 10 Fév - 17:32

    Prendre la fuite n’était pas la meilleure chose à faire, seulement l’écrivain ne savait pas comment réagir. Voir la jeune femme n’était pas quelque chose qu’il avait prévu donc il n’avait pas de plan de secours. La fuite fut donc la meilleure chose à cet instant. Remerciant alors Jim pour lui avoir offert un café et une conversation, il était près à partir, quand la jeune femme le retint par la parole. Se stoppant, il la regarda et vit son regard vers le salon. Elle allait prendre une douche et se changer avant de le rejoindre. Une fois qu’elle fut partit, il se mit à sourire. Se retrouvant alors dans le canapé, il se mit à réfléchir. Que pouvait-il bien lui dire ? Jim avait été clair sur le fait qu’elle allait mieux, mais qu’elle repoussait toujours plus ses limites. Il savait parfaitement que la jeune femme ne se laisserait pas abattre, sans mauvais jeu de mot. Elle irait toujours plus loin, même si son médecin ne devait pas être des plus ravie. Tapant ses doigts contre le canapé, il était nerveux et il entendit un léger rire. Voyant Jim qui semblait s’amuser de la situation, l’écrivain lui tentait de mettre ses idées en place. Cependant, la jeune femme fut plus rapide que son esprit et il dû se rendre à l’évidence qu’il allait devoir improviser. Pour des histoires à raconter au poste c’était simple, mais pour parler avec la jeune femme, ça le serait beaucoup moins. Remerciant à nouveau le père de famille, il ferma sa veste et sortit de la maison, laissant Kate et son père se faire la bise.

    Souriant à cette vision, il devait avouer qu’il était impressionné de la relation des Beckett. Les choses n’avaient pas été simples depuis la mort de la mère de famille, mais il voyait à chaque fois que le père et la fille avaient réussit à passer au-dessus de tout ça. Les mains dans les poches, Castle marchait aux côtés de sa partenaire, puis, il écouta ce qu’elle disait et il hocha la tête.

    Très bien, elle commence à faire des choix pour l’université, ça approche de plus en plus.

    Il y avait de la fierté mélangé à une certaine angoisse dans sa voix. Rick avait toujours été fier de sa fille, elle était tout simplement géniale et mâture. Mais, la savoir loin n’était pas quelque chose qu’il arrivait encore à intégrer pleinement. Cependant, il ne préféra pas en parler plus, ne sachant pas si c’était vraiment le moment de parler de lui alors qu’il était là pour la jeune femme. Arrivant finalement au café, il apprécia de sentir la boisson chaude contre ses mains. Placé face à sa partenaire, à une table, il écouta le silence. Aucun des deux ne parlaient et de son côté, il n’en menait pas large, alors quand elle parla, il fut soulagé, mais fronça les sourcils.

    Vous vous souvenez de quoi ?

    Même s’il y avait une petite idée, il n’en était pas certain. Quand Kate lui avait parlé à l’hôpital, elle lui avait dit qu’elle ne se souvenait pas de grand chose. Juste du fait qu’ils étaient à l’enterrement de Montgomery. Du coup, il pensait à ce moment là, mais il n’en était pas certain. Alors, il préférait la laisser parler pour ne pas se méprendre et surtout pour qu’elle ne se referme pas.

Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Il y a des gens qu'on ne peut pas oublier. Ven 10 Fév - 23:20

Les mains bien au fond de ses poches, Kate avançait aux côtés de l’écrivain qui arborait le même visage stressé qu'elle. Ils ne parlaient pas et c'était assez étonnant venant d'eux, car ils avaient toujours quelque chose à se raconter en général - même si c'était une blague stupide de monsieur Castle -. Le café se dessinait devant eux et elle décida d'accélérer le pas pour y arriver plus rapidement, pour retrouver la chaleur d'un foyer, mais surtout pour trouver le courage de parler.

Ils eurent bientôt leurs tasses de café brulantes dans les mains et ils se trouvèrent une petite table à l'écart - au calme -. Assis depuis quelques minutes l'un en face de l'autre, aucun mot n'avait été échangé, même pas un regard et la détective commençait à penser qu'ils n'étaient pas prêt à se revoir - pas encore prêt -. Le silence devenant étouffant, elle laissa alors échapper ce qui la travaillait depuis quelques mois. Cependant la réaction de Castle ne colla pas à ses attentes. Il venait clairement de froncer les sourcils en faisant semblant de ne pas savoir de quoi elle pouvait se souvenir. Ne pas commettre de crime, ne pas... Ok. La brunette souffla légèrement plus fort et tout en allant ficher son regard vers l'extérieur, elle se corrigea - précisa -.

« Je me souviens de tout. »

A l'hôpital, elle lui avait dit qu'elle se souvenais qu'ils étaient à l'enterrement de Montgomery, mais que le reste était très flou. Elle avait menti, elle s'était protégée en lui cachant une part de la vérité parce qu'elle n'était pas prête. Elle ne l'était toujours pas. Il l'aimait, elle le savait à présent et ce ne devait pas être quelque chose qui change du jour au lendemain, ça lui donnait un peu de temps pour abattre les murs qu'elle avait construit autour d'elle. Mais elle avait l'impression qu'en lui avouant avoir ces mots à lui dans sa tête, elle se mettait elle même un ultimatum.

Le silence qui s'installait était de trop, elle aurait aimé qu'il réponde à cette annonce, même si ça avait été avec colère... Elle voulait un quelque chose. Et elle réalisa alors que la plupart du temps, leurs conversations passaient par leurs regards et que jusqu'à présent elle regardait bêtement son café ou l’extérieur. La brunette remonta doucement son regard, remontant le long du bras de Castle, jusqu'à son cou, ses lèvres, puis ses yeux bleus - destination finale -.

« Je me souviens des mots. »

Sa tasse de café s'approcha de ses lèvres et malgré que le liquide soit bouillant, elle en avala une grande gorgée. Le gout puissant de sa drogue l'envahit et lui apporta un peu de réconfort, car à cet instant cela ne venait pas de Castle.

« Castle ! »

La voie de la détective avait été un peu sèche, mais elle ne supportait plus le silence et il était celui qui adorait faire le clown et parler. En plus elle venait de lui lâcher une bombe et il se devait de commenter, de dire des mots qui lui donnerait une direction à prendre. Il avait déjà dit les mots...
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Il y a des gens qu'on ne peut pas oublier. Sam 11 Fév - 18:20

    Une fois sortit de la maison de Monsieur Beckett, l’écrivain se demandait s’il avait bien fait de suivre la jeune femme dans un café. Il ne savait pas quoi lui dire et le silence semblait avoir trouvé une place confortable, mais qui mettait l’écrivain en mauvaise posture. Une fois assit à une table, le silence persista, seulement le père de famille ne savait pas comment s’en sortir et surtout quel sujet aborder. Bon si d’accord, s’il l’avait voulu il aurait pû lui dire qu’il en avait eu marre d’attendre, que c’était encore lui qui avait fait le premier pas et qu’il voulait savoir si elle se souvenait enfin de ce qui s’était passé, parce qu’il n’avait pas dit des paroles en l’air. Cependant la jeune femme prit la parole et il l’écouta avec attention. Demandant alors de quoi elle se souvenait exactement, il avait envie d’entendre des mots précis. Quand elle expliqua alors que c’était de tout, il ne dit rien. C’est alors qu’il regarda la jeune femme qui elle avait décidé de tourner la tête pour fixer autre chose que lui. Il resta la fixer, ne disant rien du tout. Autant rester muet et il verrait bien ce qu’il se passerait.

    Pourquoi ne pas parler ? Tout simplement, parce qu’il voulait qu’elle accepte. Qu’elle soit d’accord avec ce qu’il avait dit. Il n’allait pas lui sauter dessus, la déshabiller et lui faire l’amour, même si c’était une idée plaisante. Non, il voulait juste qu’elle accepte ce qu’il avait dit et qu’elle lui dise où elle se trouvait dans cette situation. Continuant de se concentrer sur elle, il la vit remonter son regard jusqu’au sien. Avec un visage sérieux et impassible, il l’écouta alors reprendre la parole. Castle cru alors que son cœur avait décidé de se stopper à cet instant. Elle se souvenait donc vraiment de tout. Puis, il fut surprit par le fait qu’elle utilise son nom en criant. Cependant, il ne pû s’empêcher de sourire.

    Ca m’avait manqué.

    Bon d’accord qu’elle lui crie dessus n’était pas toujours plaisant, mais l’entendre le dire, il aimait ça. C’était sa façon à lui de savoir que la jeune femme ne l’oubliait pas. Prenant une gorgée de son café, il fixa la jeune femme dans les yeux et soupira doucement.

    Ca veut dire quoi ? Que vous l’acceptez mais que vous ne pourrez pas y faire face ? Que vous l’acceptez, mais que vous avez besoin de temps ?

    Il avait besoin de réponses à ses questions. Il savait qu’il aurait dû plutôt poser des affirmations, mais il avait besoin de réponses.

    C’est pour ça que vous ne m’avez pas appelé une seule fois. Vous pensiez pouvoir reprendre le travail, sans m’appeler pour me dire que vous aviez reprit et que je ne sois plus dans vos pattes ?

    Ca lui faisait mal de dire et même de penser cela, mais il avait besoin de tout savoir. Voudrait-elle quand même de lui lors des enquêtes ou préférait-elle en rester là. Tout stopper, que ça soit leur amitié, leur collaboration professionnelle. Enfin tout quoi. Alors, il fixa la jeune femme dans les yeux, voulant savoir, il prendrait en compte ses décisions, même si ça devait faire mal.

Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Il y a des gens qu'on ne peut pas oublier. Dim 12 Fév - 20:56

Voir Castle se réjouir du fait qu'elle ai crié son nom la troublait légèrement, elle ne comprenait pas son excitation, encore moins après les deux mois qu'ils venaient de passer loin l'un de l'autre. La brunette avait parfois - souvent - envie de le secouer pour savoir pourquoi il agissait comme un enfant de quatre ans devant une boulangerie. Cette fois ci, elle n'eut rien à faire pour le calmer, il le fit de lui même en commençant à l'interroger. Le décors changea immédiatement, la sensation était très désagréable, d'habitude, elle était celle qui posait les questions, elle était celle qui mettait la pression.

« Pourquoi avoir choisi ce moment pour m'avouer ça ? Pourquoi ne pas me l'avoir dit, je ne sais pas moi, quand je n'étais pas en train de mourir ? »

La tactique de poser des questions à toutes les questions qu'on pouvait lui poser fonctionnait à tous les coups, sauf cette fois. Elle croisa le regard de Castle et remarqua immédiatement la déception. Il était venu jusqu'à elle pour avoir des réponses et il avait un mur en face de lui, un mur qui le faisait tourner en rond. Et plutôt que de rester dans l'ordre du privé et de se faire du mal plus longtemps, il alla directement au sujet important, le boulot. Il voulait savoir s'il allait pouvoir retourner sur le terrain avec elle.

« ... »

Kate avait pensé à retourner à la 12eme sans lui, reprendre sa vie sans être la muse d'un écrivain déjanté et trouver l'assassin de sa mère. Avec lui devant elle, elle ne pouvait pas le dire, elle n'en avait plus envie. Elle avait eu la chance de travailler avec lui pendant 3 ans, 3 ans de bonheur, elle n'allait pas repousser un bon partenaire. Pas une deuxième fois. Allant attraper son regard avec le sien, elle se noya dans le regard océan de Castle, un regard cependant assez sombre et triste.

« Oui, j'y ai pensé, mais je ne le ferais pas. »

Leur partenariat reprendrait au moment où elle remettrait les pieds à la 12eme, c'était le bon côté de la chose, il avait résolu un problème en enterrant l'autre. Elle avait enterré, car son partenaire avait lui essayé de les faire avancer. Son problème était évident, elle était effrayée à l'idée que quelqu'un puisse entrer dans sa carapace, aussi bon soit ce quelqu'un.

« Castle... Depuis la mort de ma mère, j'ai construit ce mur autour de moi pour ne plus avoir à revivre les mêmes souffrances que lorsque je l'ai perdu. Ce mur est là, il y sera toujours et ... Et vous passez à travers comme s'il n'existait pas. Vous me rendez vulnérable d'une manière que j'aime et que je déteste en même temps. »

Ce n'était surement pas la plus belle déclaration d'amour que le monde n'ai connu, il n'y avait pas de mots concrets, le vouvoiement était toujours là, mais même s'il n'y avait pas de feux d'artifices pour le moment, le temps viendrait... Son regard venait de lui en faire la promesse. Beckett lui fit un petit sourire avant de plonger ses lèvres dans son café qu'elle termina en quelques gorgées.

Le silence reprenant sa place entre eux, elle se leva après s'être excusée et partit se reprendre un café, et une petite sucrerie pour son écrivain qui avait louché sur les gâteaux en arrivant un peu plus tôt. Elle aurait pu lui prendre une belle part de cheesecake ou de fondant au chocolat, mais elle revint avec un doonut. Pas un simple doonut, c'était un avec des petites paillettes colorées sur le dessus, un comme chaque flic de New York rêve de manger matin, midi et soir, jour férié inclus.

« Pour m'excuser de vous avoir exclus. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Il y a des gens qu'on ne peut pas oublier. Dim 12 Fév - 21:39

    Parce que vous n’y aurai pas fait face.

    C’était sans doute dur à encaisser, mais c’était ce qu’il pensait. Il c’était dit que s’il lui en parlait alors qu’ils étaient seuls, elle se refermerait. Seulement, il se sentit mal à l’aise.

    Mais aussi parce que j’ai pensé vous perdre pour toujours.

    Baissant les yeux, il serra les dents. Avoir vu cette lumière derrière une tombe lui avait fait prendre conscience de ce qui allait arriver, d’où son crie. Mais, il avait vu Kate au sol, avec du sang sur elle et il avait vu son regard changé avant de la voir sombrer. Il n’avait pas réussit à penser qu’elle n’allait pas survivre. Seulement, quand il avait vu qu’elle pouvait perdre la vie, les mots qu’il avait prononcé avaient été dit parce qu’il avait réellement eu peur qu’elle ne meurt quelques secondes après. Fixant son café, il n’osa pas la regarder à nouveau. Lui qui en temps normal pouvait être un beau parleur avec certaines femmes, cette fois-ci il ne l’était pas du tout. Surtout face à la jeune femme qu’il aime malgré le fait qu’elle soit là à lui reprocher ses propos. Cependant, il se reprit et posa plusieurs questions. Il voulait savoir si elle avait imaginé reprendre son travail sans jamais l’appeler. Il devait avouer que si un jour il était arrivé au commissariat et qu’elle avait été là, il aurait eu vraiment mal. Cependant, le silence de la jeune femme le fit réfléchir et il soupira doucement. Regardant la jeune femme, il l’écouta parler et il sentit comme un poids en moins sur ses épaules. Elle venait de lui dire qu’elle n’allait pas reprendre sans lui, ce qui lui faisait du bien à entendre. Puis, il écouta attentivement ce qu’elle avait dire, sans l’interrompre. Quand Kate Beckett se confie, il ne fallait surtout pas l’arrêter sans quoi ça risquait de la bloquer et surtout, elle pourrait ne pas aller au bout de ses pensées. La voyant sourire, il ne pû s’empêcher d’en faire autant. Elle lui avait dit des choses qui l’avaient touché et il était près à l’attendre. Même si ça semblait être un acte désespéré à première vue, il était près à attendre qu’elle soit prête pour qu’elle accepte de tenter quelque chose avec lui. Enfin, il espérait que ça serait le cas un jour. La laissant par la suite aller se prendre un autre café, il en but de sa tasse. Soupirant doucement, il devait que finalement, il avait bien fait de venir voir Jim et de tomber sur la jeune femme. Voyant cette dernière revenir, il se mit à sourire.

    Merci.

    Mordant dans le doonut, il regarda la jeune femme, tout en souriant.

    C’est de ma faute si l’affaire de votre mère a été réouverte et c’est de ma faute si vous vous êtes retrouvé à l’hôpital.

    Même si Martha lui avait dit le contraire, il le pensait encore.

    Seulement, je ne pensais pas vous rendre vulnérable, alors je m’en excuse, mais j’aimerai au moins savoir si vous accepteriez un jour de dîner avec moi ?

    Regardant la jeune femme, il était plus que sérieux.

    Rien de trop voyant, rien qui vous mettrez mal à l’aise. Juste un dîner entre nous et si ça vous mets mal à l’aise au restaurant, je suis bon cuisinier, alors ça pourrait se faire chez moi.

    Il savait que ça sonnait comme un rendez-vous et c’était le cas, mais il n’avait pas envie qu’elle pense qu’il voulait penser que c’était du tout cuit et qu’il voulait coucher avec elle. Il voulait juste dîner avec elle et parler ensemble, dans une ambiance qu’ils pourraient retrouver, peut-être comme avant.

Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Il y a des gens qu'on ne peut pas oublier. Dim 12 Fév - 22:32

Castle avait totalement raison, elle n'aurait pas su gérer ces paroles si elle n'y avait pas été confronté dans une situation comme celle ci. Elle aurait probablement paniqué et l'aurait fait quitter la 12eme plus vite qu'il n'y était arrivé. Et il avait peut être eu, lui aussi, besoin d'un évènement majeur pour lui avouer, surmonter ses peurs et devenir l'homme qu'il voulait pour elle. La voir mourir avait été cet électrochoc dont il avait eu besoin. Il n'avait pas su se résigner à laisser partir sa muse sans lui dire ce qu'il avait sur le cœur.
Beckett avait encore un peu de mal à imaginer la peur, la douleur qu'il avait pu ressentir en la voyant s'effondrer après s'être pris cette balle en pleine poitrine. Elle n'avait pas pensé à lui lorsque c'était arrivé. En fait sa douleur lui avait coupé le souffle avant de l'entrainer dans l'inconscience et les derniers mots qu'elle avait pu entendre n'avait pas été aussi clair qu'elle aurait aimé. C'était cependant, ce qu'elle aimait à croire, ce qui lui avait permis de survivre à ses blessures. Castle lui avait sauvé la vie. Elle ne voulait pas avoir à faire la même chose, jamais, elle ne voulait pas le voir souffrir.

La jeune femme après avoir été recherché des provisions et s'être rassise en face de l'écrivain, se retrouva face à un sourire qui lui avait beaucoup manqué. Elle ne put s'empêcher d'y répondre en glissant ses yeux dans les siens. Le jeune homme semblait aimer sa sucrerie. Elle aimait le voir être heureux.

« Et c'est grâce à vous si je suis aussi proche de trouver la vérité. »

Kate savait bien qu'elle lui en avait voulu pendant presque deux mois à cause de ce qu'il disait, mais maintenant qu'elle se tenait en face de lui, elle ne pouvait que le remercier de l'avoir fait retomber dans l'enquête de sa mère. Elle avait besoin de découvrir la vérité si elle voulait enfin avancer dans sa vie, être heureuse. Et le bonheur semblait à porter de main...
Castle reprit la parole et l'invita à diner, un sourire plus grand vint s'installer sur son visage pendant qu'il continuait de parler, de plus en plus vite, essayant de lui faire passer un message qui était déjà clair pour la brunette. Elle hocha une nouvelle fois la tête pour le faire se détendre et finit par poser une main sur celle de son collègue. Il était rare qu'ils partagent un contact, mais elle aimait sentir la chaleur de la peau de son écrivain sous sa paume protectrice.

« Je serais ravie de diner avec vous. »

Sa main restait à sa place, elle la regarda furtivement avant de la resserrer un peu plus autour du gagne pain de monsieur le grand créateur de Nikki Heat. Elle regarda l'océan bleu qui la faisait rêver et sourit de plus belle. Les mots qu'il lui avait dit gravitaient autour d'elle, elle savait ce que les deux parties ressentaient, il ne lui restait qu'à faire part de ce qu'elle ressentait. Elle n'arriverait peut être pas à tout dire immédiatement, mais elle pouvait peut être commencer avec gestes.

« Et rien ne me ferais plus plaisir que de gouter à votre cuisine. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Il y a des gens qu'on ne peut pas oublier. Dim 12 Fév - 22:55

    Il apprécia l’attention de la jeune femme quand elle lui donna de quoi manger. Elle voyait souvent quand il regardait vers les sucreries. Enfin elle savait aussi qu’il pouvait être gourmant. Mangeant sa sucrerie, il reprit finalement la parole. S’en voulant encore d’avoir ouvert un dossier qui était classé, il savait qu’il avait mal fait. Il avait été curieux et il avait voulu savoir ce qui était arrivé à la mère de la jeune femme. Il pensait qu’avec ses différents contacts il pourrait avoir de nouvelles preuves. Ca avait été le cas au fil des années, mais à chaque fois Kate mettait sa vie en danger. La première fois c’était au commissariat. C’était lui qui s’était retrouvé avec une arme dans les côtes. Mais Kate avait dû tuer celui qui avait tué sa mère. Puis, il y avait eu de nouvelles preuves et la jeune femme s’était retrouvé face à Montgomery qui savait des choses mais qui ne les disaient pas. Puis, ce type qui s’était évade de prison et que Kate avait pourchassé, mais qui était mort. Bref, à cause de lui tout le monde mettait sa vie en danger et surtout la jeune femme. Cependant, il apprécia ses propos. Esquissant un sourire, il se décida ensuite à l’inviter à dîner. Y allant un peu maladroitement, il préférait lui expliquer qu’il ne ferait rien de trop tape à l’œil. Il savait que Kate était une femme simple qui n’avait pas besoin qu’il dépense des sommes folles pour lui faire plaisir. Elle était d’ailleurs la première femme qui était proche de lui et qui n’était pas là pour son argent. C’était aussi en partie ce qui le rendait nerveux à l’instant.

    Mais la jeune femme se mettait à sourire. C’était donc bon signe ? Richard avait l’impression d’être un adolescent qui propose à la fille qu’il aime de sortir avec lui. C’était une sensation qu’il n’aimait pas du tout. Il n’était plus un adolescent, mais il n’avait pas non plus envie de mal faire les choses avec la brunette. Il voulait faire les choses bien. L’inviter à dîner était une première étape et il voulait que ce dîner se passe bien et qu’ils soient complices, comme avant la fusillade. Baissant les yeux sur leurs mains, il se mit alors à sourire et encore plus quand elle accepta son invitation. La laissant serrer un peu plus sa main, il garda son sourire en la regardant. Il aimait cette sensation et cette chaleur.

    Alors on fera ça chez moi.

    Gardant son sourire, il fronça les sourcils. Un élément venait d’arriver dans son esprit et il ne savait pas s’il pouvait finalement l’inviter à dîner.

    Enfin peut-être pas. Josh ne sera sûrement pas d’accord.

    Fixant la jeune femme, il est vrai qu’il avait complètement oublié ce médecin qui l’avait accusé de faire du mal à la jeune femme. Il le savait, mais venant de sa part, il n’avait pas du tout apprécié cela. Mais surtout, il n’avait pas parlé de ce type avec Jim, préférant l’effacer du tableau et ne pas en parler. Mais maintenant, il lui arrivait en tête et il serra la main de la jeune femme, sans s’en rendre compte, ayant peur que Josh soit un obstacle.

Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Il y a des gens qu'on ne peut pas oublier. Dim 12 Fév - 23:25

Castle, oh Castle ! Comment pouvait il l'inviter à diner et, alors qu'elle était encore en train de savourer ce doux moment, lui parler de Josh. Il envoyait des signaux contraire qui la déstabilisait. Josh était un chouette type, elle tenait vraiment à lui et rompre avait été difficile. Il n'avait pas haussé la voie sur elle, il avait juste accepté la chose comme s'il s'agissait d'une évidence. Après un baiser il était partit en lui souhaitant bonne chance... Elle comprenait pourquoi à présent. Le médecin voulait son bonheur et l'avait en quelque sorte poussé dans les bras de l'écrivain.

« On a rompus. »

Kate entama sa retraite, retirant doucement sa main, mais elle ne réussit pas à aller bien loin, car son ami avait resserré son étreinte autour de celle ci. Son regard passa des yeux océans à leurs mains puis retourna vers son point de départ. Sans savoir pourquoi elle était un peu déçue de l’attitude de son chevalier... s'arrêter si près du but à cause d'un autre homme ? C'était vraiment l'image qu'il voulait lui donner ? En y réfléchissant un peu, c'était ce qu'elle avait fait lorsqu'il était parti aux Hamptons avec une de ses ex femme. Le pire été de sa vie.

« Mais je peux toujours aller lui demander son accord si ça vous rassure. »

Elle ne le ferait pas et Castle ne lui demanderait jamais de faire une chose pareil, s'il ne voulait pas mourir, mais c'était sa manière à elle de détendre l'atmosphère en lui faisant comprendre qu'elle n'appartenait plus à personne pour le moment.

« Bien que mon père soit la personne la plus appropriée pour décider de mon droit de sortie. »

Jim savait ce qu'éprouvait sa fille pour l'écrivain, il avait probablement été l'un des premiers à le voir et il attendait juste que ça arrive. Il voulait voir sa princesse descendre l'autel à son bras et épouser ce grand crétin, puis avoir des petits enfants qu'il pourrait gâter. Et tout ça avant de mourir. L'espoir faisait vivre, l'espoir donnait parfois l'impression de se foutre de votre gueule. Mais depuis la fusillade, il y croyait encore plus, malgré l'éloignement, il avait vu le comportement de Castle à l'hôpital, puis sa fille avait rompu et était prête à accepter.

« Je devrais rentrer, je suis épuisée... Et je dois me préparer pour ce diner. 20h30 chez vous, ça vous va ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Il y a des gens qu'on ne peut pas oublier. Lun 13 Fév - 0:04

    Il n’avait pas pensé au médecin et il devait avouer que si Kate était avec lui, il ne voulait pas s’interposer, même si ça lui faisait mal. Avoir vu Kate avec monsieur FBI, puis avec Demming, ça n’avait pas été quelque chose de simple, mais il avait tout fait pour passer au-dessus de cela. Mais aujourd’hui, il voulait faire les choses dans les règles, alors quand elle lui expliqua qu’elle n’était plus avec le chirurgien cardiaque, il fut soulagé. Seulement, il fronça les sourcils aux propos de sa partenaire. Oh non, il ne voulait pas qu’elle revoie ce type, jamais ! Puis, il se mit à sourire quand elle parla de son père.

    Je pensais que vous étiez toujours ensemble. Forcément si on était en couple, je ne serai pas des plus heureux si vous alliez dîner avec un autre homme.

    C’était bien pour cela qu’il avait parlé de Josh. Du coup, il préféra se taire pour ne pas en rajouter une couche. Puis, il haussa les sourcils à la question de la jeune femme.

    Ce soir ?


    Il venait d’être prit au dépourvu, mais il acquiesça.

    Oui, 20h30 ça ira parfaitement.

    Se mettant alors à sourire, il devait avouer qu’il n’aurait pas pensé qu’elle voudrait dîner avant un moment avec lui, mais il n’était pas contre le fait de la voir le soir même. Alors, gardant toujours la main de la jeune femme avec la sienne, il termina son café et décida de la raccompagner. Le silence qui s’installa n’était pas gênant. Castle devait avouer que d’avoir Kate chez lui ce soir, dînant avec lui était une idée qui lui plaisait beaucoup. Du coup, quand ils arrivèrent chez Jim, l’écrivain, salua à nouveau l’homme et regarda alors la jeune femme.

    A ce soir.

    Souriant il devait avouer qu’il avait hâte de la voir. En même temps vu la tête qu’il faisait elle avait déjà bien dû le comprendre. Ne sachant pas trop comment s’y prendre, il hésita et finalement fit un signe de tête avant de se retourner pour aller à sa voiture. Il fallait qu’il prépare la soirée à venir et que tout soit près quand la jeune femme viendrait pour dîner avec lui.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Il y a des gens qu'on ne peut pas oublier.

Revenir en haut Aller en bas

Il y a des gens qu'on ne peut pas oublier.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imagine Crossover ::  :: 
Topics Finis
-