Bienvenue sur Imagine Crossover !
 
N'hésitez plus à vous inscrire, le forum a fêté ses 1 an récemment
Et il ne manque plus que vous !



Partagez|

Rien n'est jamais simple.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10 ... 20  Suivant
AuteurMessage
avatar Invité Invité
MessageSujet: Rien n'est jamais simple. Mer 4 Avr - 11:49

    Le visage dans les mains, il savait que sa partenaire allait arriver et qu’elle n’allait pas apprécier sa présence dans ce lieu. Il était au poste oui, mais pas à sa place habituelle. Il n’était pas assit sur sa chaise où même sur celle de la jeune femme. Non, il était assit sur un lit, petit, entouré de barreaux. Oui, il était bien en cellule, avec le sentiment qu’elle n’allait clairement pas lui faire de cadeau. Comment était-il arrivé là ? Tout simplement pour coups et blessures sur un policier. Il s’était juré d’aller voir Demming et comme il avait prévu, ce dernier ne s’attendait pas à sa visite. Du coup, il avait pû l’attraper par surprise. D’abord pour parler et ce même si les photos de Kate sur internet avaient été effacées par Ryan. Il avait donc voulu savoir pourquoi cet homme avait fait ça à sa partenaire et ses réponses n’avaient pas plû à l’écrivain. Ils en étaient donc arrivés aux mains et Castle avait été arrêté par l’équipe de Demming, qui l’avait mit en cellule. Evidemment, Esposito et Ryant étaient venus le voir, tentant de faire quelque chose. Mais comme il le leur avait dit, seule Kate pouvait faire quelque chose, ou alors Gates, mais il ne voyait pas cette dernière l’aider. Cependant, il fut surprit quand elle vint le voir pour lui dire qu’il était un imbécile de première et qu’il devrait se calmer. Il avait dit qu’il avait fait ça sur un coup de tête et qu’il ne recommencerait plus. Heureusement pour lui, le chef avait décidé d’aller plaidé sa cause et il attendait encore en cellule. Il savait que Kate ne devrait plus tarder. Alexis l’avait retenue le matin même pour parler de choses apparemment importantes.

    Comme il s’agissait d’une conversation entre femmes, il n’avait pas été invité et il en avait donc profité pour filer voir Demming. Ayant été mit en cellule tout de suite, il n’avait pas été soigné. Il se retrouvait avec un œil au beurre noir et un sacré bleu à la mâchoire. Enfin pour l’instant il n’était pas encore bleu. Un peu noir, tirant sur le violet. Il avait mal, mais il ne pouvait rien y faire et surtout il ne voulait pas dire qu’il avait mal, surtout si l’autre enfoiré n’était pas loin. Entendant alors une porte s’ouvrir, il tourna doucement la tête et vit Ryan, Esposito, Gates et Kate présents devant sa cellule. Préférant ne rien dire, il vit un policier venir lui ouvrir la cellule et il resta un peu surprit. Gates lui expliqua alors qu’il pouvait sortir, mais qu’il devait aller s’excuser auprès de Demming. Grognant, il savait qu’il n’aurait pas le choix. Du coup, il se leva et alla vers l’homme qui n’était pas loin et qui était également amoché. L’autre homme savait qu’il n’était pas sincère, mais Castle prit son rôle d’écrivain en premier lieu et fit des excuses, avec un léger hochement de tête pour prouver sa bonne fois qui n’était pas du tout présente.

    Une fois que ce fut fait, Gates l’amena à part pour le prévenir que la prochaine fois qu’il aurait des comptes à régler, qu’il passe par elle, elle avait plus de pouvoir que lui. Il fut surprit et il commençait à sourire, pensant que c’était une façon détourné de lui proposer son aide, mais elle lui fit vite comprendre que c’était pour la réputation de son secteur. Déçu, il n’en dit rien et vit Ryan et Esposito qui regardaient Demming et ce dernier qui avait un sourire sur le visage. Du coup, il entendit Gates lui dire d’aller faire soigner son visage avant de reprendre du service. Les gars eux lui tapotai l’épaule et il se retrouva seul avec Kate. Baisant la tête, il mit ses mains dans ses poches et il les enleva en sentant ses phalanges lui faire mal. Donner des coups de points n’était pas quelque chose qu’il faisait souvent, donc ses mains lui faisaient mal. Se rendant compte qu’il avait une coupure assez profonde à son poignet, il grimaça, sachant alors qu’il devait en effet aller se faire soigner et l’hôpital était sans doute mieux. Levant la tête vers Kate, il ne savait pas comment interpréter son silence. Il s’attendait à ce qu’elle n’apprécie pas ce qu’il avait fait, du coup, il soupira doucement.

    Je vais prendre un taxi pour aller à l’hôpital.

    Ne sachant pas quoi dire d’autre, il la regarda quelques secondes, avant de tourner les talons pour aller vers la sortie la plus proche.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Rien n'est jamais simple. Mer 4 Avr - 12:25

Kate était de retour au poste depuis quelques jours, et déjà elle était submergée par une tonne de boulot. Ce n'était pas un problème pour elle, car elle aimait son travail, aimait apporter du réconfort aux familles des victimes, mais elle était un peu embêtée de voir Castle s'épuiser au precinct avec elle. Il n'avait pas signé pour ça, il était là pour les moments fascinants de la vie de détective. Cependant il ne disait rien, alors elle ne changeait pas ses habitudes, fin pas trop, elle essayait quand même de rentrer tous les soirs avant neuf heure pour pouvoir partager un moment avec la famille de l'écrivain.
Aujourd'hui, jour comme les autres, elle était en train de travailler lorsqu'elle avait reçu un coup de téléphone pour lui annoncer que son homme était derrière les barreaux. Elle avait immédiatement ressenti une énorme envie de l'étrangler, mais elle avait du contrôler ses émotions - elle était au travail - avant de suivre son équipe. La brunette avait rapidement reconnu les lieux, c'était le lieu de travail de Demming. Le crétin même qui avait mis des photos d'elle en maillot de bain sur le net, celui qui méritait une raclée... Elle se sentit bien moins en colère contre son fiancée que lorsqu'elle avait quitté le precinct un peu plus tôt. En fait, elle était même fière de lui.
Gates s'occupa de le libérer, et les deux clowns de la douzième firent des petits signes à leur ami pour lui signifier qu'il avait bien fait. Seule Beckett restait silencieuse et impassible. Elle ne voulait juste pas montrer tout ce qu'elle ressentait avec du monde à côté, surtout pas devant Demming qui lui souriait. Rick n'avait pas le droit à un seul regard de sa compagne qui n'avait d'yeux - assassins - que pour le coupable de tout ça...
Ce n'est que lorsque son partenaire émit l'idée d'aller à l'hôpital seul qu'elle percuta. D'une il n'allait pas aller à l'hôpital seul, elle allait l'y conduire, puis depuis quand avait il besoin d'aller à l'hôpital ? La jeune femme se força alors à le regarder et découvrit avec stupeur les blessures de son homme, il était bien amoché et elle n'osa pas le toucher. De toutes façons il était déjà en route et le seul moyen qu'elle trouva pour l'arrêter fut de prononcer son prénom assez fort pour faire retourner la moitié du precinct.

« J'ai ma voiture. »

Kate allait s'en aller avec lui, sans faire de vagues, mais Demming choisit de les taquiner un peu plus. Cette fois, elle ne resta pas aussi calme, elle explosa et retourna en face de lui en quelques pas pour lui hurler dessus.

« Tu devrais avoir honte d'avoir fait ce que tu as fait Et je ne parle même pas d'avoir mis ces photos sur le net, mais de l'avoir cogné. »

Et sans plus attendre, comme si elle voulait venger l'homme qu'elle aimait, elle le gifla. Ce fut une gifle assez forte pour qu'il soit déstabiliser et qu'elle puisse lui envoyer so genoux dans l'entrejambe.

« N'essaye plus jamais de lui faire du mal. »

La brunette lui tourna le dos et partit rejoindre son compagnon qu'elle attrapa par les hanches pour le faire avancer. Il semblait avoir mal un peu partout et c'était compréhensible vu les blessures qu'il avait. Beck attendit d'être seule avec lui dans l'ascenseur pour lui déposer un bisou sur un coin de peau épargné.

« Merci d'avoir sauvé mon honneur. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Rien n'est jamais simple. Mer 4 Avr - 12:40

    Aller à l’hôpital était sans doute la seule bonne chose qu’il pouvait faire pour le moment. Il en fit donc part à sa partenaire. C’est vrai que son poignet surtout lui faisait mal. Il ne s’en était pas tout de suite rendu compte. Quand il avait commencé à bouger, il avait sentit son corps tout entier. Tous ses muscles, toutes les fibres de son corps lui disaient qu’il était grand et costaud, mais qu’il avait aussi très mal. Se dirigeant alors vers une sortie, il entendit la jeune femme l’appeler. Se retournant, penaud, il s’attendait à recevoir un monologue sur sa bêtise, mais ce ne fut pas le cas. Elle lui expliqua qu’elle avait sa voiture. Intérieurement, il souriait, mais il ne le montra pas. Ne sachant pas encore à quelle sauce il allait être mangé. Entendant alors Demming parler, il serra les dents, près à foncer dans le tas encore, mais la jeune femme prit les choses en main, en allant lui dire sa façon de penser. Voyant alors le genou de sa partenaire atteindre les parties de l’autre homme, l’écrivain fit une grimace. Il était bien content de ne pas être celui qui se prenait ce genre de coup. L’entendant alors prendre sa défense, il ne pû s’empêcher de sourire. Il appréciait ça chez elle et il se laissa entraîner vers l’ascenseur. Elle avait passé son bras autour de ses hanches et il s’était laissé faire avec grand plaisir, se retrouvant alors seul avec elle. Appréciant son baiser, il esquissa un sourire à ses propos.

    De rien.

    Gardant son sourire, il soupira doucement, tout en la regardant.

    J’espère que ça ne t’apporteras pas d’ennui. Mais plus il parlait et moins j’avais le contrôle et je n’ai pas pû me retenir.

    Il se sentait comme un petit garçon à qui on avait dit de ne pas prendre les bonbons posés sur la table et qui s’était voir la main dans le sachet de bonbons. Il baissa la tête et se craqua la nuque, avant de relever les yeux vers elle.

    Je n’ai pas l’habitude de me battre, je suis désolé.

    C’est vrai qu’il n’avait pas pensé à tout cela et il s’attendait vraiment à ce qu’elle lui en veuille beaucoup. Mais visiblement ça n’était pas le cas ou en tout cas, elle ne le disait pas.

Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Rien n'est jamais simple. Mer 4 Avr - 12:57

La violence ne réglait pas tous les problèmes, mais parfois ça faisait du bien d'aller cogner dans le tas et de tout oublier. De faire le vide dans sa tête en allant faire percuter ses poings dans la tête du coupable. Castle l'avait fait et même s'il était assez amoché, il ne devait pas regretter... il avait bien fait pour sauver l'honneur de sa compagne. Du moins, tenter de sauver son honneur, parce que de toutes façons le mal était fait. Alexis était venue lui en parler ce matin, elle était en maillot de bain en page 6, des gens avaient u et gardé la photo... La conversation avait commencé comme cela entre les jeunes femmes avant qu'elle ne dérive sur le weekend dans les Hamptons, l'histoire bébé et même un début d'idée pour une robe de mariée.
Demming continuait de pousser le bouchon plus loin et Kate s'énerva. Retournant sur ses pas elle lui colla une baffe monumentale avant de lui dire ses quatre vérités... et de lui coller un coup de genoux dans l'entrejambe. Elle le vit s'effondre sur le sol, gémissant de douleur et elle sourit fière d'elle avant de rejoindre son fiancé. Ensemble ils entrèrent dans l'ascenseur et elle le remercia pour ce qu'il avait fait pour elle, mais il commença à s’excuser alors elle du le couper avec un baiser léger sur les lèvres.

« Dis moi où tu as mal. »

Le pauvre homme était âbimé et elle voulait le soigner elle même pour qu'il aille mieux, mais après mure réflexion, elle n'était pas assez qualifiée pour le job, il avait besoin de vrais médecins... Tout ce qu'elle souhaitait, c'était qu'il n'ai rien de cassé, elle n'aimait pas les plâtres et voulait être capable de partager des bains avec lui, mais aussi leur quotidiennes parties de jambes en l'air.
Les portes de la cage en acier s'ouvrirent et par réflexe elle lui prit la main, mais celui ci la retira précipitamment en grimaçant de douleur. Il avait vraiment mal, et elle remarqua alors qu'il avait de grosses bosses à certains endroits au niveau des doigts et poignets.

« Je sais que ça va paraitre égoïste, mais si tu as les doigts cassés, qui va me donner du plaisir ? Tu as un frère jumeau près à te remplace ? Parce que si c'est le cas, je te laisse là avec Demming et je prends la version moins capricieuse... même si j'aime t'avoir capricieux avec moi au matin.. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Rien n'est jamais simple. Mer 4 Avr - 13:08

    Il n’avait pas pensé aux conséquences, du coup, même si Gates lui avait déjà passé un savon, il ne voulait pas non plus que des membres de la police l’ennui avec cette histoire. Du coup, il s’excusa. Son comportement avait été déplacé, mais il avait été impulsif et en arriver aux mains avait été la seule chose valable à ses yeux, à ce moment là. Du coup, il fut surprit par ce que la jeune femme faisait et disait. Elle venait de l’embrasser et lui demandait où il avait mal. Il ne l’avait pas imaginé ainsi, mais ça lui faisait vraiment plaisir.

    A l’œil, à la mâchoire et aux mains.

    C’étaient surtout les endroits où il avait mal. Evidemment se retrouver au sol, à se faire taper dessus et à riposter, n’avait pas plû à son corps, mais ça, il pourrait gérer. Sa mâchoire, ça pouvait aller, un peu de glace ferait sûrement l’affaire. Pour son œil, il ne savait pas vraiment et pour ses mains, il allait devoir attendre une réponse du médecin également. Finalement l’ascenseur arriva à destination et elle lui prit la main, seulement, elle appuya où il avait mal et par réflexe il enleva sa main. Il grogna un peu, mais il savait que la jeune femme ne l’avait pas fait exprès. Il grognait contre la douleur et non contre elle. L’écoutant parler, il la regarda et haussa un sourcil.

    Tu sais très bien qu’il n’y a pas que mes doigts qui te donnent du plaisir.

    Esquissant un sourire, il appréciait le fait qu’elle s’amuse de la situation.

    Ma langue a souvenir de t’avoir donné un orgasme mémorable.

    Il savait qu’il poussait, mais autant jouer. Puis, il avança aux côtés de sa partenaire, prenant sa main, doucement et avançant jusqu’à la voiture. Evidemment, il n’était pas en état de conduire, du coup, il alla du côté passager et la laissa l’amener à l’hôpital. Pendant le trajet, il regarda ses mains. Ses phalanges lui faisaient mal et il voyait ses mains rouges. Un peu de glace sans doute pour l’apaiser. En tout cas, ça ne pourrait pas faire de mal. Mais c’était son poignet qui lui faisait plus mal. La coupure était profonde et il n’aimait pas ça. Du coup, il regardait avec attention, avant que la jeune femme lui indique qu’ils étaient déjà arrivés. Sortant du véhicule, il fit attention et se retrouva aux urgences, attendant qu’on le prenne en charge, vu qu’il n’était pas le seul patient. Assit sur une chaise, il se disait alors que le pompon serait de voir Josh débarquer. Alors là, ça serait la totale pour ce début de journée.

Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Rien n'est jamais simple. Mer 4 Avr - 17:42

Ce qu'avait fait Castle était mal, pourtant elle le félicitait, car il s'était battu pour elle, pour sauver son honneur - même s'il était trop tard -. Il aurait droit à un énorme câlin de remerciement ce soir, mais avant ça il devait passer à l'hôpital et elle l'accompagnait. Après être sorti du bâtiment, ils rejoignirent sa voiture et elle se mit derrière le volant pour l'y emmener. Ses yeux passaient de la route - où sa n'avançait pas - jusqu'au corps meurtris de son homme, surtout ses mains, et elle aurait cru qu'avec un peu de bon sens, Demming aurait pu mettre son fiancé dans une ambulance malgré sa détention... Mais non. Il l'avait bêtement mis en cellule avec les autres criminel, le laissant en proie à ces douleurs.
La brunette pour détendre l'atmosphère et aussi arrêter de regarder les blessures de son partenaire, décida de plaisanter. Kate ne voulait pas qu'il soit blessé au niveau des mains pour la bonne raison qu'il ne pourrai plus lui donner de plaisir. Chose qu'il s'empressa de corriger en lui rappelant qu'il lui avait donné un orgasme avec sa langue, et c'était vrai, elle se souvenait encore de son corps tremblant de plaisir, sa respiration saccadée et un Rick entre les cuisses, un Rick particulièrement joueur.

« Elle l'a fait plus d'une fois... »

La détective se gara sur une place réservée pour dieu seul sait qui, abaissa son par soleil pour laisser voir l'insigne de la police avant de sortir pour aller ouvrir la portière à son fiancé. Elle l'aida à sortir et lui proposa un fauteuil roulant ou bien un bras, elle voulait qu'il se sente bien et pas stresser... Sauf que leur dernier passage aux urgences avait été traumatisant, pour lui comme pour elle.
En passant les portes, elle eut un petit frisson, mais continua d'avancer. Elle lui indiqua une chaise vide et le quitta pour aller l'enregistrer à l'accueil, elle pouvait répondre à toutes les questions qu'on lui posait et ça la rassura, elle connaissait son partenaire, elle était capable de répondre... Comme il y avait beaucoup de monde et qu'il n'était pas le plus blessé, ils devaient attendre, mais Kate demanda de la glace pour la main enflée de Castle. Une fois qu'elle eut ça, elle retourna vers lui et lui tendit le sachet magique qui allait le soulager.

« Sa ira mieux d'ici quelques minutes avec ça. »

La jeune femme s'assit par terre entre les jambes de son homme - il n'y avait plus de place - et posa sa tête sur la cuisse de celui ci. Elle avait beau avoir peu travaillé aujourd'hui, elle était un peu fatiguée, comme bien souvent depuis qu'elle avait repris le boulot. Ses yeux se fermaient, mais elle luttait, la main que l'écrivain posa sur sa nuque la réveilla un peu, car celle ci était fraiche.

« Il va falloir que tu me promettes de ne plus te battre, parce que je ne suis pas certaine que Gates viendra t'aider comme ça à chaque fois. Puis le mal était fait, je suis en page 6, c'était de ça que voulait me parler Alexis au petit déjeuner, fin entre autre. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Rien n'est jamais simple. Mer 4 Avr - 19:21

    Il fallait aller à l’hôpital et il se laissa conduire par sa partenaire. Il apprécia le fait qu’elle comprendre sa façon d’avoir agit, même s’il n’avait pas pensé en arriver aux mains. Bon d’accord, il avait voulu tuer Demming, mais il avait avant tout voulu lui parler et trouver une façon de s’arranger, mais pas lui taper dessus en arrivant, même si ça l’avait démangé. Entendant sa partenaire s’amuser vis-à-vis de ses mains, il devait avouer que ça lui faisait du bien d’entendre ce genre de choses. Souriant à ce que lui disait la jeune femme, il devait avouer que ses mains lui faisaient mal. Le temps d’arriver à l’hôpital, il regardait ses mains, pensant plus à son travail qu’à donner du plaisir à la jeune femme. Ca il pourrait le faire même avec les mains dans cet état. C’était surtout de taper ses romans qui pourrait poser plus problème, surtout que Paula et Gina n’arrêtaient pas de lui dire de rendre son prochain livre qu’il n’avait pas encore terminé. Une fois arrivé à l’hôpital, il apprécia que la jeune femme lui ouvre la portière et ils se retrouvèrent aux urgences. Il n’avait pas fait attention au fait qu’elle soit mal à l’aise, n’ayant pas pensé un seul instant à tout ce qui s’était passé pour elle. Du coup, il finit par prendre place sur une chaise et il laissa sa partenaire qui semblait remplir tous les papiers nécessaires. La voyant lui tendre quelque chose, il comprit mieux avec ce qu’elle ajoutait.

    Merci.

    Il attrapa la poche de glace, la posant sur sa main et il grimaça. C’était froid et ça faisait mal, mais il ne fit pas tout un cirque pour ça. Voyant la jeune femme s’asseoir au sol, il fut surprit et c’est là qu’il vit qu’il n’y avait plus de place. Il n’avait même pas fait attention à tout ça en arrivant et il soupira. Cependant, il apprécia qu’elle reste avec lui. Vérifiant ses doigts, il tentait de les bouger, mais ça faisait mal, du coup il fit le moins de mouvement possible, ne voulant pas que ça empire les choses. Baissant un peu la main, il ne vit que trop tard qu’il avait effleuré la jeune femme. Il avait vu qu’elle semblait fatiguer et il l’écouta parler, tout en hochant la tête.

    Oui, elle m’a fait comprendre qu’elle ne voulait plus de ça. Pour ce qui est de la page 6 ça me donne envie d’aller le retrouver pour lui faire la peau cette fois-ci.

    Il serra les dents et fronça les sourcils. Demming n’était finalement pas aussi sympa qu’il avait pensé au début.

    Je suis désolé Kate. Mais je ne comprends pas pourquoi il a fait ça. Moi si j’avais des photos comme ça je ne partagerai pas. Au contraire, je les garderais pour moi.

    Il avait dit cela avec un sourire rêveur sur le visage, mais il se reprit le plus rapidement possible.

    Je suis désolé que tu sois dans le journal, je suis désolé pour tout ça.

    Il savait que ça devait être en partie de sa faute. Maintenant en plus que beaucoup savaient qu’ils étaient ensemble, ça devait donner de gros titres intéressants pour la presse.

Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Rien n'est jamais simple. Mer 4 Avr - 19:43

L'hôpital lui rappelait tout un tas de mauvais souvenirs, de douleurs et de malheur. Elle essayait de le cacher car ce n'était pas son moment pour briller, non c'était le jour de Castle - brillant de connerie -. Il était mal, regrettait un peu ses actes et surtout souffrait physiquement, et ce dernier point mettait la brunette dans un état qu'elle n'aurait pas cru. Elle se sentait très concernée, elle sentait presque les douleurs qu'il avait, elle voulait l'aider, mais ça ne fonctionnait pas, même avec la glace qu'elle lui avait ramené. Du coup, elle lui parlait, de sexe, du journal, de tout ce qui lui passait en tête pour éviter de parler de Demming. Pourtant ce sujet revenait toujours sur le tapis.

« Hey, je m'y ferais. Aujourd'hui c'est une photo de moi en maillot de bain, la semaine prochaine se sera en train de boire un café... Sa arrivera et je ferais avec. Je le ferais parce que je t'aime. »

C'était bien la première fois que Kate lui promettait autant vis à vis de la presse. Elle avait eu du mal à l'accepter au début, puis elle avait du s'y faire. Elle avait toujours eu un faible pour son écrivain sur papier glacé, puis se voir sur ce support avec lui avait commencé à ne plus la déranger, mais seule ? Elle n'était personne, elle ne faisait qu'aider les familles des victimes à avoir un peu de réconfort, c'était ça son job. Pas être une figure publique, pourtant en se fiançant avec un, ce nouveau job lui avait été imposé. Et bien que ce ne soit pas sa tasse de thé, elle était prête à sourire aux photographes, surtout si ça pouvait aider son petit ami à avoir une meilleure image.
L'écrivain la toucha - sans faire exprès - et elle tourna la tête pour le regarder. Croiser le regard bleu océan était toujours un plaisir, il avait de beaux yeux et elle aimait s'y perdre.

« Si tu veux des photos comme ça, faut m'emmener à Hawaï. »

Jamais elle n'aurait l'idée de se mettre en maillot sur les plages New Yorkaise, bien trop froide pour elle. Elle avait besoin de soleil, bon à petite dose pour ne pas bruler, mais elle aimait encore assez bien ça. Bon après il avait le temps pour l'emmener à Hawaï, ils avaient toute une vie devant eux et elle venait de reprendre le travail.

« Ta main va mieux ? »

Dit elle en posant délicatement un baiser sur la main la plus proche d'elle. Beckett se redressa et comme il y avait plein de monde devant eux, elle se dit qu'elle avait le temps de commencer une conversation longue - et importante -.

« J'ai été voir le médecin comme promis. Il est d'accord avec toi, il ne veut pas que je tombe enceinte maintenant, mais il m'a dit qu'il pouvait quand même faire les examens pour voir si je peux avoir des enfants... Il m'a aussi conseillé d'aller voir un centre de rééducation dans Soho pour faire travailler mon cœur comme il le faut. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Rien n'est jamais simple. Mer 4 Avr - 20:01

    Je me demande encore comment tu peux m’aimer après tout ça.

    Non, il ne comptait pas la laisser, c’était juste qu’il savait qu’elle n’aimait pas se voir dans ce genre de presse. Déjà l’article pour Cosmo avait été compliqué, alors il était désolé de devoir la mêler à tout ça. Il ne se souvenait pourtant pas que Martha et Alexis aient été aussi médiatisées. Bon, sa mère plus au vu de son travail, mais pas sa fille. Oui, Kate était en couple avec lui, mais il ne voulait plus de ce genre d’article avec elle à ses côtés, sauf si c’était pour dire qu’ils allaient se marier où avoir des enfants. Encore que même ça il n’en était pas certain. Il voulait qu’on les laisse tranquille et surtout qu’on leur laisse leur vie privée. Parlant des photos, il avouait facilement que lui n’aurait jamais mit ce genre de choses aux yeux de tous. Au contraire, il les aurait gardés pour lui, dans un endroit secret où personne à part lui aurait accès. Appréciant le baisé déposé sur sa main, il l’écouta parler et sourit.

    J’en prends bonne note et je pourrai enfin te passer de la crème solaire.

    Souriant, il se souvenait de la fois où il lui avait proposé de lui mettre de la crème solaire s’il allait au Mexique pour leur enquête, mais elle avait refusé. Entendant sa question, il hocha les épaules.

    Pour l’instant oui, mais je n’ose pas trop bouger les doigts.

    Oui, il ne préférait pas faire de bêtises avec ses doigts. Il y tenait. Souriant quand elle embrassa sa main, il la regarda alors. Elle semblait vouloir être plus que sérieuse, du coup il fut très attentif.

    Tu as été le voir ?

    Lui qui avait pensé qu’elle l’amènerait avec lui, il fut un peu déçu, mais il tenta de ne pas le montrer, sachant qu’elle avait un radar pour ça et qu’il devait donc être trop tard.

    Tu as déjà prit un rendez-vous où vu à Soho alors pour savoir comment faire ?

    Son médecin avait donné des choses importantes, donc il espérait que la jeune femme avait déjà prit des renseignements où si elle comptait y aller dans peu de temps.

    Je devrais aussi faire les examens avec ton médecin, non ?

    Après tout, peut-être que lui avait un problème. Il avait eu Alexis quand il était plus jeune et à chaque fois, par la suite, il s’était protégé, du coup, il ne savait pas si tout fonctionnait, même s’il espérait que si.

Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Rien n'est jamais simple. Mer 4 Avr - 20:23

« Je te laisserais faire à condition que tu t'appliques partout. »

Kate n'avait aucune raison de lui dire non maintenant qu'ils étaient ensemble, c'était même plutôt une bonne chose qu'il se propose. Elle détestait se tartiner de crème, parce qu'après ses mains étaient toutes collantes et elle ne pouvait pas lire ses livres sans mettre du sable partout. Lui devait s'en moquer parce qu'il devait adorer ça jour dans le sable, faire des châteaux et les détruire pour recommencer.
La conversation changea lorsque la brunette vit qu'ils en avaient pour longtemps à attendre. Elle avait été voir son médecin et devait en parler avec Castle, il était le second concerné après tout. Il allait être le père de ses enfants un jour, fin de l'unique. En attendant, elle devait lui expliquer pourquoi elle y avait été seule, parce que son regard était rempli de déception. Pauvre petit bout, elle n'avait pas fait ça pour lui faire du mal, mais plutôt pour le protéger.

« Rick... J'y ai été seule parce que je ne voulais pas que tu entendes des mauvaises nouvelles s'il y en avait. Tu pourras venir la prochaine fois que j'y vais. »

Et c'était pour bientôt, car le médecin avait conclus un genre de pact avec la détective. Elle devait venir le voir tous les mois pour faire un point et si les choses allaient mieux, il accepterait de la faire suivre le traitement des futures mamans - vitamines et hormones -. Beckett avait hâte bien qu'elle soit pétrifiée à l'idée d'avoir un bébé, d'être enceinte et de perdre son enfant... mais elle était prête à aller de l'avant avec son fiancé. Avant de commencer à parler bébé, ils devaient donc attendre qu'elle soit remise à cent pour cent. Et pour cela le médecin avait un plan, un plan très couteux qu'elle ne pouvait pas se permettre de payer, du coup elle s'était retrouvée à regarder dans les locaux NYPD la meilleure des solutions.

« Ça à l'air bien oui... mais ce n'est pas exactement pour un budget de flic. Je me débrouillerais avec ce que le NYPD me conseille. »

La brunette était positive pour une fois, elle voyait les choses un peu plus claires et n'avait plus envie de s'arrêter de rêver. Rick quand à lui, commença à reculer et à douter de lui, ce qui ne lui ressemblait pas tellement.

« Tu racontes des bêtises. Je suis sure que si je ne prenais pas tous ses médicaments, je serais enceinte de triplés depuis... ben depuis le premier jour. »

Elle avait envie de rire. Castle pas capable de faire des bébés ? Elle n'y croyait pas, elle était sure qu'il allait la faire tomber enceinte en moins de deux, il suffisait juste que tout aille bien chez elle, car après tout, elle avait déjà échoué dans le domaine. Puis ils n'en étaient pas à cette étape, ils avaient du chemin avant ça et si vraiment ils n'arrivaient pas à concevoir, ils pourraient penser à ça.

« Oh et il m'a aussi conseillé un obstétricien, fin comme c'est un homme et que je me sens plus à l'aise avec une femme, fin bref, il ma dit que c'était un bon et au vue de mes antécédents, on en aura surement besoin. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Rien n'est jamais simple. Mer 4 Avr - 20:51

    Oh, ne t’inquiètes pas pour ça, j’en mettrai partout et je m’appliquerai.

    Souriant, il devait avouer que lui mettre de la crème ne serait pas désagréable. Au contraire et puis la voir bronzer en maillot serait encore mieux. Ce qu’il voulait aussi c’était la revoir sortir de l’eau. Il se souvenait encore de cette enquête où elle était sortit d’une piscine et il avait faillit avaler de travers sa boisson. Elle était magnifique avec de l’eau partout et il voulait la voir encore comme ça, mais cette fois-ci, uniquement pour lui. Puis, ils parlèrent sérieusement. Il avait vu que la jeune femme était plus que sérieuse. Du coup, il écouta et fut un peu déçu de ne pas pouvoir y aller, il hocha la tête à ses propos. Il n’osa pas dire que même s’il y avait dû avoir une mauvaise nouvelle, il voulait être là quand même. Il voulait l’épouser et lui faire des enfants, alors il ne voulait pas qu’on lui cache des informations même si elles étaient négatives. En tout cas, il irait la prochaine fois, ça n’était sûr et certain. Quand elle parla ensuite de Soho, il lui demanda comment c’était et il fut surprit par ses propos et il fronça les sourcils.

    Non, tu iras là-bas. Je paierai s’il le faut et je ne veux pas t’entendre dire non. Tu es ma femme et je veux le meilleur pour toi.

    Il ne s’était pas rendu compte qu’il avait déjà dit femme, mais il voulait qu’en effet elle ait le meilleur et si c’était Soho, il comptait bien le lui payer. Il savait qu’elle ne voudrait pas de son argent, mais il ferait en sorte de payer malgré tout et qu’elle aille là-bas. Finalement, l’écrivain pensa au fait que peut-être c’est son corps à lui qui poserait problème pour avoir une enfant et il esquissa un sourire aux propos de la jeune femme. L’écoutant ensuite reprendre la parole, il hocha alors la tête.

    D’accord, alors j’irai aussi le rencontrer avec toi.

    Souriant, il regarda la jeune femme. Puis, il posa la poche de glace sur sa chaussure et il fit venir la jeune femme sur ses genoux. Il pouvait comprendre qu’elle ne soit pas à l’aise dans cette position en public, du coup, il l’avait entouré de ses bras, mais lui laissait une porte de sortie en ne la serrant pas trop. Puis, reprenant la poche de glace, il l’a mit sur sa mâchoire, pour tenter de voir si ça pouvait faire quelque chose contre le bleu également ou pas.

    Est-ce que ton médecin a dit si je pouvais faire quelque chose pour t’aider avec ton cœur ?

    Peut-être qu’il pouvait faire quelque chose et qu’il ne le savait pas, du coup, il voulait savoir s’il pouvait être utile ou pas.

Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Rien n'est jamais simple. Mer 4 Avr - 21:17

Le centre de rééducation à Soho était très cher, trop cher. Kate refusait de se faire soigner pour des sommes folles, elle ne mettrait pas cent mille dollars dans son corps. Elle n'était pas pressée, elle n'avait pas besoin d'aller mieux demain, ni à la fin du mois, elle voulait un bébé et si ça devait être à la fin de l'année, bien se serait à la fin de l'année. La brunette avait déjà fait son choix, se serait le centre de rééducation du NYPD qu'elle utiliserait. Elle avait juste fait une énorme erreur en parlant de Soho à son partenaire. Fin grosse, il venait de l'appeler sa femme, sa femme !! Pas sa future ou sa fiancée, non, il avait dit sa femme. Elle avait un grand sourire sur son visage, mais elle devait tout de même le stopper.

« Je n'y mettrais pas les pieds. »

La jeune femme n'en avait pas envie, mais si Rick la poussait, la menaçait un peu, elle était presque sure qu'elle craquerait. Oui parce qu'elle avait bien comprit que sa santé était très importante pour son compagnon et qu'elle n'était pas prête à revivre une dispute comme ils avaient eu en revenant des Hamptons. L'écrivain ne voulait que son bonheur et pour ça elle devait vivre et être en bonne santé.

« Juste que je devais le faire travailler, mais progressivement. Il m'a dit de marcher beaucoup, de faire du yoga et d'essayer de me détendre. »

C'était en gros les points que le médecin lui avait mentionné, car elle ne pouvait pas tout dire à son homme - elle ne voulait pas l'effrayer -. Le doc, avait dit qu'elle ne serait jamais remise à cent pour cent de cette blessure, qu'elle aurait toujours des faiblesses, mais qu'en s'en occupant correctement aujourd'hui, elle pourrait toujours essayer d'atteindre les quatre vingt dix pour cent de remise. C'était mieux que rien et elle était prête à se battre pour les atteindre.
Le jeune homme bougea et la fit venir contre lui, elle était un peu mal à l'aise de la proximité avec lui dans un endroit public, mais elle fit en sorte de se créer une bulle pour se protéger. Finalement ce ne fut pas trop dur, car il avait déplacé la poche de glace sur sa joue et qu'il semblait souffrir du coup elle se focalisa sur lui. Faisant glisser ses doigts sur sa joue blessée, elle vint prendre la glace pour qu'il libère sa main, elle pouvait bien faire ça pour lui après tout.
Quelques visages s'étaient tournés vers eux, elle tentait de les ignorer, mais après un moment ce fut trop et elle se leva pour aller chercher deux cafés à la machine dans un coin. Une femme la suivit pour lui demander s'il s'agissait bien de Richard Castle et elle crut qu'elle allait lui balancer le café à la figure. Elle respira un grand coup, ignora la question et retourna près de son petit ami avec les boissons chaudes.

« J'espère que c'est bientôt à toi parce que je fatigue. »

Fatiguée du boulot oui, mais aussi fatiguée du regard que les gens avaient sur eux. Elle avait beau aimé son homme de tout son cœur, parfois elle en avait raz la casquette des curieux.
Beck sentit qu'il était temps pour elle de changer de sujet pour ne pas imploser de l'intérieur et créer une dispute entre elle et son chéri.

« Tout à l'heure tu m'as appelé ta femme... Ça veut dire que tu commences à t'impatienter que je ne sois que ta future femme ou que pour toi c'est déjà un acquis ? Et ne crois pas que l'acquis est une mauvaise chose, je te considère aussi comme mon mari. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Rien n'est jamais simple. Mer 4 Avr - 21:40

    Dépenser de l’argent pour faire en sorte qu’elle aille bien ne le dérangeait pas. Au contraire, s’il pouvait faire ça, il le ferait sans problème. Il ne s’était pas aperçu qu’il l’avait appelé sa femme et du coup, ayant pas percuté, il continua de parler. Mais, il fut surprit qu’elle dise qu’elle n’irait pas. Il fronça les sourcils, tentant de comprendre.

    Pourquoi ? Si ça peut te permettre d’aller mieux, pourquoi refuser ? Parce que c’est moi qui vais payer ? Si c’est ça, tu n’as pas à t’en inquiéter, je fais ce que je veux de mon argent. Ca sera d’ailleurs mieux que je le place là que de me payer un autre emplacement sur la lune, tu ne crois pas ?

    Esquissant un sourire, il voulait que la jeune femme prenne soin d’elle et si pour ça c’était aller à Soho, alors il ferait en sorte qu’elle y aille. Lui demandant ensuite si lui pouvait faire quelque chose pour l’aider à aller mieux, il l’écouta avec attention.

    Pour la marche on pourra en faire, le yoga je louerai différents DVD pour qu’on en fasse et pour la détente j’ai déjà des idées.

    La liste qu’elle lui avait faite la jeune femme pouvait être un début, mais il avait aussi d’autres idées. Des balades, des pique-niques et puis des moments à rester seuls au loft. Il n’avait plus qu’à y réfléchir encore plus sérieusement et il pourrait sans doute faire des choses intéressantes. Ayant amené la jeune femme contre lui, il savait qu’elle pourrait ne pas être à l’aise, du coup il laissa une porte de sortie. Malgré tout, il mit la poche de glace contre sa mâchoire et tenta de voir si ça ne faisait pas trop mal. La sentant également l’aider avec ça, il sourit, appréciant ce qu’elle faisait. Mais elle finit par se lever rapidement. Un peu surprit, il tourna alors la tête et vit quelques personnes les regarder. Du coup, il comprit mieux, mais ne dit rien. Appréciant son café, il la remercia et regarda un peu autour d’eux pour savoir si ça serait son tour dans peu de temps ou pas. Ne trouvant pas de réponse, il but de son café, tout en l’écoutant parler à nouveau. Il n’avait toujours pas percuté et il se trouva alors mal à l’aise.

    Euh, je euh …

    Il se retrouvait prit au dépourvu. Il ne s’était pas rendu compte et du coup il ne savait pas quoi en penser. Fixant la jeune femme, il resta quelques secondes sans parler.

    A vrai dire, c’est un acquis. Je n’avais pas fait attention de l’avoir dit tout haut. Depuis qu’on ait ensemble, même sans t’avoir demandé de m’épouser, je te considérais comme telle.

    Esquissant un sourire, il se cacha dans sa tasse de café, en buvant une gorgée, avant de la regarder à nouveau.

    En fait, je crois que ça datait de bien avant qu’on ne se mette ensemble. Avec en plus le fait de voir Ryan et Jenny préparer leur mariage, je me disais que tu serais la dernière madame Castle et la seule que je voudrai épouser.
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Rien n'est jamais simple. Jeu 5 Avr - 2:37

Le centre de Soho était le plus cher de la côte est, il n'y avait pas mieux et beaucoup de soldats revenant d'Irak y venaient pour leur rééducation, sauf qu'elle n'en avait pas besoin - de son point de vue -. Elle pensait aller bien, être assez en forme pour avoir un enfant et courir un marathon dans la même journée, mais elle se trompait. Tout le monde le lui disait, collègues, médecin et même Castle, sauf qu'elle n'écoutait personne. Du moins jusqu'à ce qu'elle le ressente par elle même et le constate au prix fort. Se savoir faible, aux yeux de tous, ce n'était pas quelque chose que Kate Beckett appréciait, et elle ne se laisserait pas abattre, elle s'en sortirait avec ou sans ce centre, elle y arriverait.

« Parce que je ne veux pas que tu utilises ton argent pour moi. T'as déjà du dépenser des centaines de dollars en café depuis le début de notre partenariat alors je ne veux pas plus. Puis si tu gardes ton argent pour acheter une deuxième parcelle de terrain sur la lune, tu pourras avoir une maison pour toi écrire au calme et une autre pour toi et ta famille. »

Le fait de parler de la parcelle de terre qu posséder son fiancé sur la lune la faisait sourire, ça montrait son côté enfantin et rêveur, cet homme avait de la ressource. Fière de pouvoir dire qu'ils étaient fiancés, elle n'était pas pour autant prête à s'afficher en publique comme il le lui demandait à l'instant. Assise sur lui elle tenta de se focaliser sur lui, ses blessures, mais après un petit moment elle dut se lever pour échapper aux regards. Le café fut sa solution et lorsqu'elle revint avec et se rassit à sa place, elle se sentit mieux, plus forte.
En fait, ce qui l'aida énormément c'est qu'il lui change les idées en lui énonçant tout ce qu'il allait faire pour qu'elle se sente mieux. Il voulait marcher avec elle, faire du yoga avec elle, se relaxer avec elle et c'était une bonne chose, parce qu'elle savait qu'elle allait pouvoir rire en le voyant faire du yoga...

« Tu penses à tout, tu rends les choses faciles. »

Le sourire sur son visage était radieux et elle l'accompagna d'un petit baiser sur la joue de son partenaire.
Rick eut alors droit à une question qui le laissa sans voie une minute. Oui, il avait dit qu'elle était sa femme et elle avait apprécié. Le grand dadet se lança dans des explications et elle hochait la tête en attendant le final. Elle eut quelque chose de vraiment doux et adorable qui lui resterait graver dans sa mémoire pendant des années.

« Heureuse de voir que je n'étais pas la seule à le penser... fin plutôt à le vouloir. Je vais être la dernière madame Castle, mais après il y aura peut être une deuxième mini madame Castle. »

La première mini Castle était Alexis, la deuxième serait peut être la fille qu'elle mettrait au monde - si c'était une fille -. Se détendant dans sa bulle, elle posa sa tête sur l'épaule de son amant et l'écouta parler du mariage de Jenny et Ryan. C'était dingue comment ça le travaillait, car même s'il ne le montrait pas beaucoup, il n faisait qu’en parler... Il allait prendre de la graine avec ce mariage et faire un sang faute pour le leur.

« Tu crois qu'on devrait planifier notre mariage, du moins commencer ? Je veux que ton dernier mariage soit parfait, du début à la fin, même si je dois me marier nue sur une plage au Fidji. »

Kate se gratta le bout du nez et réfléchit un peu plus à sa dernière idée.

« Quoi que non pour cette dernière idée. C'est l'unique requête que j'ai pour notre mariage, avoir une robe. Je veux que tu puisses me l'enlever le soir et que l'on fasse l'amour comme si c'était la première fois. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Rien n'est jamais simple. Jeu 5 Avr - 17:15

    Tu sais, ça ne se sont pas les cafés qui me ruinent et j’ai de l’argent déjà de placé pour Alexis, ma mère se sert aussi, il n’y a que toi qui n’en profite pas. Si je ne voulais pas, je ne te le proposerai pas Kate. Maintenant si tu ne veux pas d’accord, mais moi je ne veux pas que tu ais des soins moins bons que le centre dont on parle.

    Qu’elle ne veuille pas qu’il le lui paye pouvait passer, mais le fait qu’elle ne veuille pas bien se soigner, ça, ça serait non d’office. Il voulait qu’elle aille mieux et il ne voulait pas qu’elle suive un programme moins performant et moins adapté. Puis, au bout de quelques minutes, il comprit que les regards des autres n’étaient pas agréables. Il ne dit rien et apprécia le café qu’elle lui apportait. Demandant ensuite si de son côté, il pouvait aider la jeune femme, il lui expliqua ce qu’il pourrait faire et il sourit à sa réponse et apprécia également son baiser. Puis, quand elle lui demanda si le fait qu’il l’appelle déjà sa femme voulait dire qu’il prenait ça pour acquis ou pas. Il était surprit par la question, parce qu’il n’avait pas fait attention de l’avoir appelé ainsi, du coup, il ne savait pas trop comment réagir. Cependant, il fut sincère en lui expliqua qu’il la considérant comme sa femme depuis quelques années déjà, même s’ils n’en étaient qu’à se dire amis. Il ne voulait pas d’autres femmes dans sa vie, du coup, il ne voulait qu’elle et qu’elle soit la seule et unique madame Castle. Souriant à ses propos, il hocha la tête.

    Ca serait avec joie.

    C’est vrai que même si Kate voulait un petit garçon, il n’était pas contre une fille non plus. Pourquoi pas les deux ? Peut-être parce que sa partenaire semblait ne vouloir qu’un seul enfant. Mais, ils verraient bien déjà comment ça se passerait avec un premier. L’écoutant parler, après qu’elle soit venu poser sa tête sur son épaule, il fut surprit, mais esquissa un nouveau sourire. Puis, il fronça les sourcils, quand elle parla du fait d’être nue et l’écoutant se reprendre, il apprécia cela et sourit à nouveau.

    Je préfère aussi que tu sois habillé. Face à moi, tu peux être nue quand tu veux, mais pas avec d’autres personnes qui peuvent voir ton corps de rêve.

    Souriant, il vint l’embrasser et reprit un peu de café.

    Pour ce qui est de planifier, je ne sais pas. On n’a pas parlé de date non plus, donc je ne sais pas si on peut planifier quoi que ce soit. Enfin, on peut toujours dire et écrire nos envies et nos attentes, ça peut être un bon début.

    Son premier mariage avait été rapide, donc pas grand-chose à devoir choisir. Le second étant devant la presse, Gina s’était occupé des détails. Lui avait fait en sorte d’avoir un costume qu’il aimerait et faire les magasins avec Alexis et Martha. Pour le reste, il n’avait pas fait attention plus que ça. Mais, cette fois-ci, il voulait que leur mariage soit aussi ce que voudrait la jeune femme. Quand ils avaient enquêtés sur un meurtre, le jour du mariage de Kyra, il se souvenait que Kate lui avait dit qu’elle n’avait pas d’idées précises pour son mariage, mais il se demandait si c’était vrai ou pas. Elle devait bien avoir quelques idées, même si elle ne le lui disait pas et il avait envie qu’elle les partage avec lui, où alors qu’elle garde des secrets, pour le jour même de leur union.

Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Rien n'est jamais simple. Ven 6 Avr - 7:35

« Les thérapeutes du NYPD sont très bons aussi. »

Kate ne voulait pas qu'il se mette à croire qu'elle ne voulait pas se soigner, c'était tout le contraire, elle voulait aller mieux rapidement pour avancer dans leur vie, mais pas grâce à l'argent de l'écrivain. Elle trouverait un compromis, elle avait juste besoin d'y réfléchir, peser le pour et le contre. Et cela voulait aussi dire considérer aller dans le centre de rééducation de Soho - qui était le meilleur - mais pour cela elle allait devoir trouver des fonds, voir avec sa banque et surement oublier les vacances pour les cinq prochaines années. C'était une décision qu'elle devait réfléchir et sans Castle de préférence.
Depuis que le jeune homme l'avait amené sur ses genoux, tout le monde les regardait, Beck détestait ça et c'est grâce au café qu'elle surmonta sa colère. Reprenant place sur son fiancé, elle but une grande gorgée avant d'entrer dans sa bulle, ignorant le monde extérieur. Son visage était proche de celui de Rick, pour pouvoir communique sans être entendu. La belle déposa un baiser sur ses lèvres avant que le bout de ses doigts ne se mettent à caresser la peau de l'avant bras musclé de l'homme qu'elle avait à disposition. La conversation qu'ils avaient la passionné et elle n'avait pas envie d'arrêter d'en parler. Oui, Kate Beckett avait envie de parler mariage.

« On pourrait peut être commencer par se donner une date ... »

Il lui avait retiré l'honneur de le demander en mariage, en le faisant officiellement devant Johanna, mais en lui proposant de décider d'une date, elle confirmait l'évènement. Ce n'était pas quelque chose qu'elle avait accepté à la légère, elle en avait réellement envie et... Et la tête de son partenaire la laissa dubitative. Il ne souriait pas, ne faisait aucun geste, pas une expression. Un peu en panique, la brunette eut rapidement peur d'avoir été trop vite alors elle recula - pas physiquement, mais dans sa tête -.

« D'ici deux ou trois ans, comme ça, on sera marié avant d'avoir des enfants et tout le monde sera content. »

Est ce qu'elle venait vraiment de faire ce pas de géant en arrière ? Apparemment oui, car elle venait de repousser tout leurs projets à dans deux ans. D'un côté, elle leur retirait la pression et se laissait le temps de guérir, mais au fond elle n'avait pas vraiment envie d'attendre deux ans de plus. C'était long et deux ans quoi ! Elle avait déjà poireauté pendant presque trois ans. Après s'être fait peur la semaine précédente avec cette histoire d'enfant, d'avoir vu son obsession revenir, elle la repoussait d'un revers de main... Ce n'était pas sain, pas du tout, mais elle se disait qu'elle le faisait pour Castle, parce qu'elle ne voulait pas le perdre.
Ses derniers mots l'avaient fait passer dans un autre monde, un monde de pensée et lorsqu'elle en sortit, elle croisa le regard de son petit ami. Elle n'arrivait pas à le lire, elle ne comprenait pas pourquoi aujourd'hui, elle n'y arrivait pas. Heureusement on appela Rick et elle sauta sur ses pieds pour y aller, partant quelques pas devant lui. Kate fut donc la première à saluer le médecins qui les amena dans une pièce.

« Il s'est battu avec plus fort que lui. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Rien n'est jamais simple. Ven 6 Avr - 12:08

    Haussant les épaules, il ne doutait pas des capacités des thérapeutes de la police, seulement si selon le médecin Soho était mieux, il préférait qu’elle y aille. Du coup, il comptait bien faire en sorte de l’y amener. Il avait d’ailleurs une idée pour cela, mais il ne la mettrait pas tout de suite à jour, préférant que ça soit planifié. Bref, la jeune femme finit par aller chercher des cafés et Castle s’occupa de sa joue et encore une fois de sa main. Cette dernière semblait rester gonflée, mais il espérait que ça ne serait pas pour trop longtemps. Puis, parlant mariage, ils en étaient arrivés à parler d’une date. Il n’y avait pas pensé. C’est vrai qu’il l’avait demandé en fiançailles, mais ils n’avaient pas parlés d’autres évènements. Oui, parler de robe de mariée c’était bien, mais il fallait en effet une date pour prévoir le mariage et ainsi pouvoir eux se préparer et ensuite pouvoir amener les invitations. De son côté, il n’avait pas pensé à de date précise, du coup, il ne savait pas trop, mais les propos de sa partenaire le refroidir. Elle n’était donc pas encore prête à se marier tout de suite. Le fait qu’elle veuille, perdre, deux ou trois ans, c’était une idée qu’il n’aimait pas. Oui, pour lui c’était de la perte. Ca faisait trois ans qu’il avait envie d’être plus qu’un ami et partenaire. Ils avaient avancés de ce côté-là, mais là, il ne comprenait pas. Encore un an, il pouvait comprendre. Le temps de tout mettre en place, trouver la date, une salle, enfin, ça, à la limite, il pouvait comprendre. Mais plus d’un an, ça l’avait clairement refroidit et il ne dit pas un mot, avant que la jeune femme bouge, quand un médecin les appela. Ecoutant la jeune femme parler avec le médecin, il ne disait toujours rien, restant focalisé sur les propos de la jeune femme quelques minutes avant.

    Une fois seuls avec le médecin, il expliqua ce qui s’était passé, rapidement et le médecin commença par regarder son visage. Bon apparemment pour la mâchoire, c’était bien un bleu qui finirait par passer avec le temps. Pour son œil, c’était pareil, comme il s’agit d’un œil au beurre noir, ça allait également faire comme le bleu. Puis, il regarda sa main et Castle lui parla de son poignet, c’était surtout lui qui lui faisait mal. Le médecin regarda avec attention et désinfecta la plaie. Sentant le froid de l’alcool, il serra les dents. Depuis qu’il était entré dans la pièce, il n’avait pas croisé le regard de Kate. Ses paroles restaient dans son esprit et il ne pouvait pas la regarder pour le moment. Se retrouvant finalement avec la plaie désinfecté, il apprécia de sentir un bandage. Selon le médecin, il faudrait le changer tous les jours pendant une semaine et à voir comment serait le résultat une semaine après. Puis, il regarda les doigts, demandant alors à l’écrivain de les bouger. Il eu un peu de mal et grimaça, parce que ça lui faisait mal. Apparemment, pas besoin de radios, ses doigts ayant prit un violent coup, se remettait comme ils pouvaient, mais apparemment ça n’était pas suffisant. Le médecin commença à lui immobiliser les doigts. Surprit, il demanda le pourquoi de cette atèle. Apparemment deux de ses doigts devaient finir immobiliser, pour une semaine également et ils verraient à ce moment là. Soupirant, il se laissa faire, regardant le majeur et l’annulaire se faire coincer ensemble. Par la suite le médecin lui demanda d’enlever sa chemise pour voir ses côtes et il le fit avec l’aide d’une infirmière qui était là et il laissa le médecin le regarder. Apparemment il avait des bleus, mais il n’arrivait pas à les voir et il étouffa difficilement un cri. Le médecin décida alors de lui prescrire des médicaments et l’écrivain resta là, torse nu, attendant la suite de l’examen, s’il y en avait une.

Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Rien n'est jamais simple. Ven 6 Avr - 12:33

Le mariage et leur enfant, leur vie ensemble, Kate voulait tout ça rapidement. En fait, elle le voulait aussi vite que possible, mais elle avait laissé entendre qu'ils devaient attendre quelques années parce que Castle avait tiré une drôle de tête lorsqu'elle avait parlé de choisir une date. Apparemment, c'était une erreur, car son fiancé décida qu'il ne pouvait plus lui parler, ni même la regarder.
Comme ils avaient été appelé, ils s'étaient retrouvés dans une petite pièce et c'est chacun de son côté qu'ils vécurent l'examen. Rick subissait et Beck observait, essayant de croiser le regard de ce premier. Il ne la regardait pas, il n'essayait même pas de la regarder et la brunette se sentit blesser. Alors lorsque tout le monde quitta la pièce pour permettre à l'écrivain de s'habiller, elle prit son courage à deux mains et parla.

« Est ce que j'ai dit ou fait quelque chose de mal ? »

Pensant à sa question après coup, elle ne le laissa pas répondre et reprit la parole presqu'immédiatement.

« C'est parce que je t'ai dit deux ou trois ans ? Tu trouves que c'est pas assez ? Je pourrais attendre toute ma vie pour toi tu sais... Tu n'as pas besoin de m'ignorer pour me faire comprendre que ce n'est pas ce que tu veux. Tu es doué avec les mots, je suis certaine que tu es capable de me dire de patienter quelques années de plus. »

S'asseyant sur le tabouret où était installé le médecin quelques minutes auparavant, elle baissa la tête pour ne pas lui montrer qu'elle était déçue de ce revirement. La jeune femme avait toujours pensé qu'elle serait celle qui les tirerait vers le bas, aujourd'hui, elle se rendait compte que ce n'était pas le cas - qu'elle avait fait un bon bout de chemin depuis qu'elle avait accepté l'évidence -.

« J'attendrais que tu sois prêt pour me passer la bague au doigt... j'attendrais pour tomber enceinte... Je t'attendrais pour tout parce que je t'aime Rick. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Rien n'est jamais simple. Ven 6 Avr - 12:50

    Il savait que de ne pas la regarder n’allait pas lui plaire. Il était comme ça aussi et il n’aimait pas quand la jeune femme faisait en sorte de ne pas le voir parfois. Cependant, il avait encore du mal à encaisser ses paroles et il fallait qu’il se concentre. Pour le moment, le médecin semblait prendre son travail au sérieux et du coup Castle se retrouva à subir les touchés de l’homme de médecine. Se retrouvant torse nu à un moment donné, il écouta le médecin lui parler des antidouleurs à prendre au cas où. Appréciant le résultat de l’examen, malgré ses doigts immobilisés, il se retrouva seul avec Kate. L’écoutant prendre la parole, il fut surprit. Non pas par la question, parce qu’il savait qu’elle ne pouvait pas comprendre pourquoi il évitait de la regarder. Il gardait d’ailleurs toujours les yeux baissés, où il regardait ailleurs. Mais, il fut plus surprit par le fait qu’elle veuille repousser encore plus loin le mariage. Elle avait en fait mal interpréter son manque de paroles et de regards. Il s’en voulu alors et il la laissa parler, avant de relever les yeux vers elle, pour la voir assise sur un tabouret, près de lui.

    Je suis déjà prêt Kate. Quand tu as dis deux ou trois ans, c’était trop loin pour moi. Je ne veux plus attendre. Je sais que tu as peut-être besoin de temps et je le comprends parfaitement, mais pour moi, ça fait trop loin.

    Fixant alors la jeune femme, il avait décidé d’être franc et de tout lui dire maintenant.

    Si tu décidais qu’on peut se marier aujourd’hui, je le ferai avec plaisir.

    Esquissant un sourire, il continua de la fixer dans les yeux.

    Je veux t’épouser dès que tu le voudras. Je t’ai attendu pendant trois ans, alors je peux encore attendre, mais deux ou trois ans, ça me semble long.

    Voilà ce qu’il pensait vraiment. Il trouvait que ça faisait vraiment long. Encore pour le bébé, il pouvait comprendre. Le temps que ça aille pour la jeune femme, qu’ils fassent des tests, qu’ils aient les résultats et avec tout ce que pourrait leur dire les médecins. Mais le mariage, il était prêt à le faire, rapidement, mais également bien. Prenant malgré tout, le temps de décider de la date et de ce qu’ils voulaient pour leur jour.

Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Rien n'est jamais simple. Ven 6 Avr - 13:08

Kate souffrait du silence de son fiancé, mais elle ne voulait pas d'une scène devant des témoins alors elle attendait en silence. Le médecin s'occupa du visage de l'écrivain en premier, puis de ses mains et finit par ses côtes... Le pauvre homme était blessé de partout et il allait surement souffrir pendant quelques jours avant de voir de minces progrès faire leurs apparitions. Elle serait là pour l'aider... Fin s'il recommençait à lui parler. Rick ne la regardait toujours pas, pourtant ils n'étaient que tous les deux, elle n'y comprenait rien, elle enrageait et finit par prendre la parole pour s'expliquer. Contrairement à ce qu'elle pensait, elle n'eut pas à dire grand chose à dire pour qu'il lève les yeux vers elle avec un petit sourire. Il lui expliqua qu'il était prêt, qu'il était prêt si elle était prête. En gros, à partir d'aujourd'hui, elle pouvait choisir une date et devenir madame Castle.

« Je suis bête, j'aurais du m'en douter que j'allais dans la mauvaise direction. Surtout après que tu m’ait appelé 'ta femme'. »

Souriant un peu timidement après sa connerie, elle avança un peu plus vers lui et saisit la main blessée. Tous ses gestes étaient délicats et elle ne fit que les regarder pour s'assurer que tout allait bien et resterait comme cela pour les prochains jours. Prenant place tout contre lui, elle se retrouva face à lui, avec les yeux rivés sur le sol. Beck ne les releva que pour lui parler avec un petit sourire sur les lèvres.

« Septembre ou décembre ? »

En gros, tons rouges ou tons blancs. Courir dans central park en faisant voler les feuilles mortes ou se battre dans un due de boules de neiges... Le choix était difficile, mais à eux deux ils trouveraient. C'était un peu comme pour le gâteau, elle adorait les red velvet, mais s'était toujours dis qu'elle aurait un gâteau à la vanille pour son mariage. Puis Castle voudrait surement un gâteau au chocolat, au chocolat ou aux bonbons acidulés.

« Je voudrais savoir comment tu vois ton mariage, fin notre mariage. C'est toujours étrange de me dire que je vais t'épouser.... Moi, future madame Castle, qui l'aurait cru. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Rien n'est jamais simple. Ven 6 Avr - 13:18

    Tu ne pouvais pas savoir et je n’avais pas compris non plus que tu étais prête.

    Souriant il était soulagé. Lui qui avait pensé qu’elle voulait reculer le mariage, il était content de savoir qu’elle se sentait également prête et qu’elle en avait autant envie que lui. La voyant un peu timide, il sourit. Il aimait bien la voir comme ça. La laissant regarder ses doigts, il ne dit rien, ne faisant que la regarder faire. Elle semblait en prendre soin et il aimait ça. Elle avait apparemment prit sa timidité et elle releva finalement les yeux, lui proposant deux mois. Souriant en coin, il devait avouer que c’était des bon choix, mais lequel choisir. Ca resterait ça le plus dur sans doute. L’écoutant alors lui dire qu’elle voulait aussi son avis, il sourit de plus belle.

    Moi.

    Oui, il y avait cru et il continua de sourire, avant de lui demander un coup de main pour remettre sa chemise. Il tenta de referme les boutons seuls, mais ça n’était pas évident avec une seule main. Du coup, il laissa la jeune femme faire et se retrouva tout habillé pour sortir de là.

    Si on allait en parler ailleurs qu’ici ? Gates veut nous voir au travail, mais on peut faire un passage dans un café et en parler ? Où alors on peut attendre ce soir d’être à la maison, comme tu préfères.

    Il ne voulait pas non plus que sa chef lui tombe dessus en lui disant qu’ils avaient prit trop de temps. En même temps, elle n’était pas obligée de savoir s’ils étaient passés tout de suite ou pas. Mais en tout cas, il voulait sortir d’ici. Sortant de la pièce, il prit la main de la jeune femme, de sa main valide à lui et il fit un signe de tête au médecin qui venait de le soigner. Prenant la direction du parking, il regardait la jeune femme. Finalement, il avait hâte d’arriver à être son mari, vraiment. Une fois dans la voiture, il laissa la jeune femme prendre le chemin qu’elle voulait et il se mit à réfléchir.

    Septembre, il fera beau, ça serait bien pour les photos. Mais décembre, ça ferait un décor blanc vraiment bien aussi.

    Le choix était vraiment délicat et il fallait vraiment qu’il y réfléchisse avec sa fiancée, pour savoir quand ça serait le mieux.

    Tu aurais une préférence ?

Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Rien n'est jamais simple. Ven 6 Avr - 13:36

Alors c'était bon, ils étaient d'accord, ils allaient se marier bientôt. Ça tombait du ciel, c'était inattendu et attendu en même temps. Kate souriait devant son fiancé qui venait de lui retirer un poids énorme des épaules. Elle le regardait, l'écoutait, souriait devant lui, elle n'avait plus envie de faire la tête car tout lui semblait merveilleux... La miss l'aida à remettre sa chemise, faisant attention à chaque blessures qu'il avait, puis le laissa fermer les boutons. Essayer ! Il n'y arrivait pas alors elle s'en occupa, comme il lui arrivait parfois d le faire le matin pour aller plus vite. Castle fut vite prêt et ils purent y aller.

« Ne t'inquiètes pas pour Gates, je vais l’appeler et lui demander la fin de la journée. »

C'est vrai qu'il était encore tôt, mais il n'y avait aucune affaire en cours et elle était à jour dans sa paperasse. De toutes façons, elle n'y retournerait pas, elle devait s'occuper de son partenaire qui n'était pas au top de sa forme. Le couple partit alors en direction du parking et la brunette fut heureuse de sentir une main venir enserrer la sienne. Elle profita de ce mouvement pendant les quelques minutes de marche qui les séparaient de la voiture. Ils s'installèrent et Beckett démarra rapidement le moteur pour partir - elle n'était pas une grande fan des hôpitaux -. Son chéri lui retourna la question - celle qu'elle avait posé un peu plus tôt - et elle attendit d'être à un feu rouge pour lui répondre, elle voulait le regarder dans les yeux pour le faire.

« Septembre serait parfait pour la robe que j'ai en tête, mais décembre ferai un parfait décor pour un mariage de princesse... Je n'en sais rien. J'ai proposé, tu décides. »

Ils allaient devoir faire des compromis, prendre des décisions importantes et tout ça allait les amener à vivre un enfer. Kate savait qu'elle ne serait pas différente des autres, elle allait être détestable au possible avec quiconque se mettrait en travers de son chemin pour avoir un mariage parfait. Et ce n'était même pas pour elle qu'elle voulait se mariage parfait, mais bel et bien pour Rick.
La jeune femme, bien que prudente sur la route, n'avait pas percuté qu'elle avait conduis droit vers son appartement - pas le loft, le sien, celui qu'elle occupait avant... avant tout un tas de trucs -. Elle se gara à sa place habituelle et descendit pour aller ouvrir la portière de l'écrivain. Ce n'était pas les même standards que ceux de l'immeuble où ils vivaient à présent, mais c'était très bien aussi à son gout. Ses pas les conduisirent à son ancien logement et elle ouvrit la porte, surprise de voir que tout était encore propre - surement une femme de ménage engagée par son père -.

« Ça fait longtemps que l'on n'est pas venu là. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Rien n'est jamais simple. Ven 6 Avr - 14:01

    Appréciant le fait qu’elle accepte de rester avec lui était une bonne chose. Ils auraient le temps de parler de leur futur mariage. Se retrouvant finalement à aller vers la voiture, il en profita pour prendre la main de la jeune femme dans la sienne. Pensant aux deux mois qu’elle avait proposés, il lui répondit ce qu’il pensait. Avant de finalement l’écouter lui répondre à son tour et il hocha la tête. Ca serait donc à lui d’avoir le dernier mot. Il chercha alors quand était le mariage de Ryan pour ne pas que ça pose de problèmes. Il voulait Esposito et Ryan pour témoins, du coup, il ne fallait pas que ça bloque le propre mariage de Kevin et Jenny. Tentant de réfléchir à tout cela, il ne fit pas attention au trajet et quand la voiture s’immobilisa, il regarda autour de lui, sortant doucement de la voiture. Appréciant l’aide de sa partenaire, il sourit et la suivit. Il remarqua alors qu’ils étaient dans son ancien appartement. Elle l’avait gardé, il ne savait pas vraiment pourquoi, mais il savait qu’elle pourrait en avoir besoin, surtout pour le jour de l’essayage de la robe. Lui utiliserait le loft et elle son appartement, ou inversement. Ca pourrait en tout cas être pas mal pour qu’il ne la voit pas tout de suite avec sa robe. Une fois à l’intérieur, il l’écouta parler et sourit.

    C’est vrai.

    Il se rappelait les moments passés ici. Les bons come les mauvais. Il se souvenait de la fois où il lui avait dit qu’un évènement pourrait être fait pour sa mère, mais aussi la fois où elle lui avait dit que tout était terminé entre eux. Des instants tous différents, mais qu’il avait toujours vécu avec beaucoup d’intensité et il soupira doucement, avant de se concentrer pleinement sur la jeune femme.

    Tu as de quoi écrire pour qu’on commence à faire des listes de ce qu’on veut, des invités et tout ce dont on aura besoin ?

    Après tout, autant commencer maintenant, sauf si la jeune femme avait une autre idée en tête. Si elle préférait prendre le temps de se détendre dans son canapé ou autre, il n’était pas contre non plus.

Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Rien n'est jamais simple. Ven 6 Avr - 21:27

Le trajet en voiture avait été assez silencieux, Castle était dans ses pensées et elle n'avait pas osé le déranger. Se garant devant son appartement, elle l'emmena à l'intérieur et l'aida à retirer son manteau avant d'aller mettre du café en route. Kate avait ce besoin quasi constant d'avoir du café dans les mains, ce n'était pas une mauvaise chose, ok, c'était mauvais, mais elle ne pouvait pas s'arrêter. Son médecin le lui avait demandé, mais elle avait refusé, toutefois elle avait promis de ralentir un peu, ou de boire du décaféiné. Pour le moment, elle n'avait encore tenu aucune de ses deux promesses.

« Dans le deuxième tiroir du meuble de l'entrée. »

La jeune femme lui indiqua là où trouver de quoi écrire et revint avec deux tasses de café fumantes. Elle se sentit tout de suite mieux et son corps se détendit parfaitement lorsqu'elle se posa délicatement à côté de Rick sur le canapé. L'écrivain était cassé de partout, elle décida donc d'écrire, et oui, même s'il était le dieu des mots, elle ne voulait pas le voir souffrir, alors elle lui vola le stylo et le papier.

« Je n'ai aucune idée de comment faire ça. »

Dit elle, mais bien vite elle trouva. Elle divisa la feuille comme elle le faisait avec son tableau au precinct et nota différentes choses dans chacune d'elle. Elle avait commencé et ne savait plus s'arrêter, les mots s'empilaient dans les colonnes et elle ne s'arrêta que lorsqu'elle se rendit compte que son fiancé ne parlait pas.

« Ce n'est pas des choses que je t'impose, il me faut ton avis, c'est juste des idées, des trucs qui me font rêver... »

Beckett se tourna enfin vers son partenaire et le détailla. Il souriait alors c'était déjà une bonne chose, il avait peut être besoin de se reposer après tout il s'était battu, il avait peut être reçu des coups sur la tête.

« Rick... T'as l'air d'avoir la tête ailleurs aujourd'hui. C'est parler mariage qui te fait cet effet là ? Si c'est comme ça pour les préparatifs, imagine le jour J... Le jour parfait, notre journée. »
Revenir en haut Aller en bas
avatar Invité Invité
MessageSujet: Re: Rien n'est jamais simple. Ven 6 Avr - 21:49

    Une fois chez la jeune femme, il apprécia son aide et il lui demanda de quoi écrire. Autant qu’ils s’y mettent, surtout s’ils faisaient ça soit en septembre, soit en décembre. Ils avaient encore plusieurs mois devant eux, mais autant s’y mettre tout de suite. Allant chercher de quoi écrire, dans l’endroit qu’elle lui indiqué, il alla ensuite dans le canapé. La jeune femme revint vers lui et il apprécia sa présence à ses côtés. Près à tenter d’écrire, il vit la jeune femme prendre le stylo et il la laissa faire. L’entendant dire qu’elle n’avait aucune idée de comment le faire, il devait avouer qu’il n’en savait pas plus. Du coup, il la regarda faire et se mit à sourire en la voyant écrire d’une traite. L’entendant dire qu’elle ne lui imposait rien, il le savait parfaitement, mais il était content qu’elle ait autant d’idées. Au moins sur certains points ils allaient être d’accord, c’était déjà ça. L’écoutant ensuite parler, il hocha la tête négativement.

    Le jour J, crois-moi que je serai énervé et que je vais débiter un nombre de mots à la minute, ça sera très impressionnant à voir.

    Il sourit en regardant sa partenaire.

    Je suis en train de réfléchir au fait que je ne sais rien faire pour un mariage, à part choisir un témoin et dire oui. Pour mes autres mariages, je n’ai prit aucune décision pour la cérémonie et le repas. Avec Meredith c’était tellement rapide que ça a été fait par des professionnels et on ne s’en ait pas mêlés. Avec Gina, comme c’était avec la presse, elle voulait tout faire en grand elle-même donc je n’ai pas eu mon mot à dire.

    Il regarda sa partenaire et l’embrassa sur la joue, passant ensuite son bras autour de ses épaules et se rapprochant un peu plus d’elle.

    Il y a certaines choses sur lesquels ont va être d’accord.

    Il montra certains points sur la feuille, qui seraient finalement réglé rapidement.

    Maintenant, comme Kevin et Jenny vont se marier avant, on aura peut-être un traiteur sous la main, enfin si on aime bien ce qu’ils font.

    Ca serait peut-être une aide pas mal et au pire, ils iront chercher ailleurs.

    Tu veux prendre qui comme témoin ?

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Rien n'est jamais simple.

Revenir en haut Aller en bas

Rien n'est jamais simple.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 20Aller à la page : 1, 2, 3 ... 10 ... 20  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Imagine Crossover ::  :: 
Topics Finis
-